Tickets et cartes restaurants : voici tout ce qui va changer en septembre 2022 !

Le plafond des tickets et cartes restaurants va être rehaussé à partir du mois de septembre. Voici tout ce qu’il faut savoir.

Source : iStock

À cause de la situation actuelle à l’Est de l’Europe, beaucoup de pays, y compris La France, rencontrent des difficultés économiques. Les prix des services et des biens alimentaires ne cessent pas d’augmenter.

En juillet, l’inflation dans l’Hexagone a atteint 6,1 %. Un record depuis 1985. Toutefois, le gouvernement continue de compléter son « arsenal » pour soutenir le pouvoir d’achat des Français. Parmi les mesures, les tickets et cartes restaurants.

Les tickets et cartes restaurants passeront de 19 à 25 euros

Les tickets et cartes restaurants servaient à financer le déjeuner des salariés. Ils ont toujours été de 19 euros sauf pendant la pandémie. La somme qui pouvait s’élever à 38 euros servait à se restaurer. Et ce, durant les week-ends et les jours fériés. Cette mesure avait vu le jour pour relancer le secteur de la restauration.

Cependant, le ministère de l’Économie a songé à y mettre fin une fois qu’il a jugé que la crise de la Covid était derrière nous. Néanmoins, face à la hausse actuelle des prix, le gouvernement se dit être prêt à rehausser le plafond à 25 euros.

Il est à noter que 4 millions de salariés bénéficieront de ces tickets et cartes restaurants. C’est donc beaucoup. Toujours est-il que notre ministre de l’Économie semble favorable à cette augmentation.

« Je suis prêt à augmenter la valeur (journalière) des tickets restaurant de 19 à 25 euros », a affirmé Bruno Le Maire vendredi matin sur RMC/BFMTV.

Ce qu’on peut acheter avec les tickets et cartes restaurants

Ce coup de pouce du gouvernement destiné à aider les ménages les plus modestes entrera en vigueur dès septembre. Les salariés pourront les utiliser dans les fast-foods, les boulangeries, les restaurants traditionnels.

D’ailleurs, pour ceux qui font leurs courses avec le ticket, ils auront l’embarras du choix sur lequel acheter. Pour les produits frais, il y aura par exemple de la charcuterie, du poisson frais, de la viande préparée, prête à cuire et de la viande transformée fraîche.

Du côté de l’épicerie salée, ils pourront acheter des plats préparés et des poissons transformés. Concernant les boissons, il y aura des eaux plates et gazeuses, mais aussi du jus de fruits et boissons non alcoolisées.

Une bonne nouvelle pour les restaurants

Les salariés ne seront pas les seuls à se réjouir de cette nouvelle mesure, ce sera également le cas des restaurateurs. Grâce à cette augmentation, les clients vont consommer plus. Ce qui est bénéfique pour le secteur de la restauration.

D’ailleurs, le porte-parole du syndicat GNI, Franck Trouet, a déclaré qu’ils étaient contre au retour du plafond à 19 euros le mois de juin.

« Avec la hausse du plafonnement à 38 euros, les clients consommaient plus : le ticket moyen avait augmenté de 30 %, ce qui représentait 4 à 9 euros en plus sur l’addition. Ce n’était pas rien », a expliqué Franck Trouet.

Le porte-parole du syndicat GNI a ensuite ajouté que cette nouvelle mesure serait très positive pour eux :

« C’est une très bonne nouvelle pour les salariés et les restaurateurs. Cela va permettre aux clients d’ajouter un dessert ou une entrée. Une telle mesure fait partie de ces avantages accordés aux salariés, sans charges sociales pour les employés et employeurs. »

Tickets et cartes restaurants
© Pixabay

L’indemnité carburant

Le carburant figure parmi les produits dont les prix ont augmenté depuis le début de cette année. Pourtant, la plupart des Français doivent utiliser leurs véhicules pour aller travailler. Il y a bien sûr un dispositif de remise de 18 centimes auquel on a tous accès à chaque fois que l’on fait son plein.

Toutefois, cela est appelé à disparaître progressivement. Cela au profit d’une solution que l’on espère être plus efficace. Ainsi, pour le bien du portefeuille des Français, le gouvernement a décidé de mettre en place l’indemnité carburant.

Cette nouvelle mesure prendra effet dès le début du mois d’octobre. Les personnes ayant un revenu fiscal de référence inférieur à 14 100 euros bénéficieront de cette aide. Elle est estimée à 11 millions de Français. La somme de l’indemnité dépend de deux conditions : le revenu fiscal de la personne et la distance domicile-travail.

Ceux qui ont un revenu fiscal de référence inférieur à 9400 euros et une distance de 30 km entre domiciles-travail toucheront 300 euros. Les autres obtiendront 100 euros, plus 50 euros s’ils habitent à 30 km de leur lieu de travail.