Supermarché : les promotions à -50 % vont faire leur grand retour ? On vous dit tout !

Le ministre de l’Economie a proposé un retour des promotions à -50% dans les supermarchés. Découvrez tous les détails.

Source : iStock

L’inflation affecte sérieusement le pouvoir d’achat des Français. Elle a grimpé à 6,1% pour le mois de juillet. Les produits alimentaires continuent d’augmenter dans les prix à la consommation. Devant cette situation, les ménages attendent le retour des promotions à -50% dans les supermarchés.

La mesure prise par Bruno Le Maire

L’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) a déjà rendu publique sa dernière note de conjoncture. Elle montre clairement que l’indice des prix à la consommation des produits alimentaires a augmenté de 5,7% sur un an en juin, contre +4,3% en mai.

Le Ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a annoncé le 4 juillet 2022 sur France Inter son souhait de revenir sur l’encadrement des promotions dans l’industrie alimentaire pour soutenir le pouvoir d’achat des ménages. Ainsi, il propose de relever le seuil de remise de 34% à 50%. Selon le ministre de l’Économie, cela devrait permettre d’avoir des prix bas pour tous ceux qui en ont besoin.

Pour rappel, les promotions ne peuvent pas dépasser 34% de remise dans les supermarchés, et ce, depuis 2019. Effectivement, la loi EGalim, adoptée fin 2018, prévoit que les remises sur les produits alimentaires sont limitées à 34% en valeur et 25% en volume. Autrement dit, les supermarchés ne peuvent plus proposer des offres du type « 1 produit acheté, le second offert » ou « 2 pour le prix d’un ».

Par ailleurs, les supermarchés ne peuvent afficher que des offres « 2 produits achetés, 1 offert ». Cela permettra de protéger le revenu des agriculteurs.

Comment les agriculteurs et les professionnels de l’agroalimentaire réagissent-ils à cette situation ?

De toute évidence, la proposition du ministre de l’Économie ne convient pas aux agriculteurs et à l’industrie agroalimentaire. Ils ont donc décidé de la rejeter. Les agriculteurs sont actuellement confrontés à une augmentation de leurs dépenses courantes (carburant, engrais, etc.). Les promotions dans les supermarchés risquent de les pénaliser davantage.

Christiane Lambert, présidente de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), considère que c’est un très mauvais signal. Elle plaide pour le versement d’un bon alimentaire aux plus démunis.

Pour compenser la flambée des coûts de production, les producteurs de denrées alimentaires demandent une augmentation de 8 à 10% des prix qui leur sont payés par les supermarchés. Le ministère de l’Économie est à l’écoute des agriculteurs pour trouver des solutions appropriées à leur mécontentement.