Pouvoir d’achat : retraites, loyers, carburant, redevance, prime Macron, tout ce qui va changer pour vous !

Les députés ont tranché. Ils ont voté en première lecture le projet de loi sur le pouvoir d’achat ce jeudi soir. Les débats étaient houleux.

Source : Getty Images

Dans l’hémicycle, les députés ont entamé des débats de 4 jours. À l’ordre du jour ? Le très attendu projet de loi sur le pouvoir d’achat jugé très urgent en ce moment. Dans la soirée de vendredi, ils se sont penchés sur le projet de loi de finances rectificative pour 2022.

Les débats sur la loi pouvoir d’achat

Lors de ce premier rendez-vous, les élus ont bien répondu présents, de l’opposition au parti présidentiel. Bien que les débats fussent houleux, et ont duré plusieurs jours, ils ont fini par trancher. Le projet de loi portant sur les mesures d’urgence pour protéger le pouvoir d’achat était à l’ordre du jour. Ces mesures, Emmanuel Macron les a promises lors de sa campagne présidentielle.

Cela dit, rien n’est encore fait. En effet, le Sénat devra d’abord examiner ces mesures dès ce lundi en commission de finance. Parmi les mesures déjà adoptées, il y a la prime Macron destinée aux salariés, mais aussi l’encadrement des loyers. Les députés ont également tranché pour la revalorisation des pensions de retraite entre autres. Au Sénat, maintenant de les examiner.

Des moments d’entente entre les élus

Voilà une première étape de franchie ! On a pu remarquer quelques moments d’entente entre les élus. Qu’ils soient de l’opposition ou du parti présidentiel. En effet, les députés ont approuvé l’augmentation des pensions de retraite de base à 4 %. Seules deux voix étaient contre. Rappelons qu’il y a eu la mise en œuvre d’une première revalorisation de 1,1 % en janvier.

Les membres de l’Assemblée National ont aussi accepté de revaloriser les allocations familiales de 4 %. Il en va de même pour les minimas sociaux comme le revenu de solidarité active ou RSA. Sans oublier l’allocation aux adultes handicapés (AAH) et l’allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA).

Bien entendu, les bourses étudiantes délivrées sur critères sociaux en font aussi partie. Cette mesure n’attendra pas la date de la revalorisation automatique annuelle. Elle prendra acte dès le 1er juillet. Ce qui va certainement améliorer ne serait-ce qu’un peu le pouvoir d’achat des Français.

Pouvoir d’achat : la prime Macron prolongée

Durant les débats de la fin de semaine, les parlementaires ont également voté pour le prolongement de la prime Macron. Il faut toutefois souligner que son plafond va tripler. Pour rappel, le gouvernement a instauré cette mesure en 2019 suite à la crise des gilets jaunes.

Les employeurs auront donc la possibilité de verser une prime exceptionnelle de 3000 euros. Ces 3000 euros ne feront pas l’objet d’impôt ni de cotisations ni de contributions sociales. Ceci seulement pour les salariés dont le revenu se situe à moins de trois fois la valeur du SMIC. Petite précision, en cas d’accord d’intéressement, cette prime exceptionnelle pourra atteindre 6000 euros.

Les heures supplémentaires et complémentaires

En outre, les députés ont voté pour la revalorisation du plafond de défiscalisation des heures supplémentaires pour 2022. Cela dit, les salariés qui auront effectué des heures supplémentaires et complémentaires pourront toucher jusqu’à 7 500 euros. Cela, au titre de l’année 2022.

Actuellement, ce plafond de défiscalisation est de 5000 euros. Ce qui inclut un maximum de 220 heures effectuées sur un an. Les entreprises pourront avoir la possibilité de racheter aux salariés les jours de RTT si ceux-ci y renoncent.

On doit cette demande à la Droite. Évidemment, le Sénat doit d’abord examiner cette mesure qui est plafonnée à 7500 euros. De plus, elle sera limitée dans le temps. Soit entre le 1er janvier 2022 et le 31 décembre 2023.

L’immobilier, la redevance télé et le carburant

En ce qui concerne l’immobilier, les députés ont approuvé la mise en œuvre du bouclier loyer. C’est le gouvernement qui a proposé ce dernier afin de limiter l’effet de l’inflation sur la hausse des loyers. Et donc, le pouvoir d’achat du peuple. Cette hausse sera plafonnée à 3,5 % pendant un an.

Ainsi, les ménages pourront préserver leurs dépenses. Le droit en vigueur prévoit une révision de l’APL le 1er octobre. Lors des débats parlementaires, les députés ont décidé d’anticiper cette révision.

Les députés ont aussi voté pour l’évolution de l’AAH dont la mise en application est prévue en octobre 2023. Ils ont également décidé de supprimer la redevance audiovisuelle publique. Une mesure prévue dans l’article premier de la loi de finance rectificative 2022. On notera également l’entente entre Bruno Le Maire et le groupe LR.

En effet, ceux-ci ont trouvé un terrain d’entente sur le prolongement de la ristourne à la pompe. C’était lors des débats de ce samedi dernier. En effet, cette ristourne de 18 centimes va basculer et finira à 10 centimes à la fin de l’année.