Retraite : découvrez les profils qui risquent d’y perdre beaucoup en cas de réforme

La retraite va bientôt être reformée si elle a été ignorée pendant le premier quinquennat de Manuel Macron. Voyons alors quelques exemples selon l’activité des travailleurs.

Source : Pixabay

Une réforme des retraites pourrait bientôt avoir lieu. Ceci concerne en premier l’âge de départ à la retraite. Plusieurs cas de figure pourraient être envisagés. Prenons donc quelques exemples comme un artisan, un cadre moyen, une employée et une cadre supérieure. Lisez l’article suivant pour un aperçu plus détaillé…

Retraite : une réforme est à envisager

Le gouvernement va examiner une réforme des retraites. Ce projet n’a pas été réalisé pendant le premier mandat d’Emmanuel Macron. Ceci va avoir des impacts sur certains profils. Nous pourrons alors faire face à un recul de l’âge légal de départ à la retraite. Ce dernier est fixé à 62 ans depuis 2010. Mais il pourrait être reculé de 4 mois de plus par an.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Mediapart (@mediapart)

Les taux de remplacement qui seraient appliqués ont été calculés par le cabinet Optimaretraite. Il y a ainsi un départ à la retraite fixé à 64 ans. Nous pouvons aussi nous attendre avec une réforme à l’allemande fixant cet âge à 65 ans. Ce calcul considère toujours le bonus-malus de l’Agirc-Arrco et le dispositif carrières longues.

Le cas d’un artisan et d’un cadre moyen

Prenons l’exemple d’un artisan qui gagne 2 900 € à la fin de sa carrière. Si le système de carrières longues est préservé, il n’y aura pas beaucoup d’impacts. L’artisan pourrait alors partir en retraite à l’âge de 62 ou 63 ans. Tout ceci suppose qu’il a commencé à l’âge de 18 ans.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par La Poudre (@lapoudre_ceramique)

Pour un cadre moyen avec un début de carrière à 20 ans, une retraite à l’âge de 64 ans lui donnerait 5 points de taux de remplacement en plus. Une réforme à l’allemande apporterait donc peu de changements. Elle entraîne simplement une pénalité temporaire à l’Agirc-Arrco. Notons qu’à partir du 1er janvier2019, les salariés du secteur privé obtiennent des points de retraite complémentaire. La valeur du point Agirc-Arrco est de 1,2841 € en 2022.

Retraite : examinons le cas d’une employée et d’une cadre supérieure

Prenons maintenant le cas d’une employée avec 3 enfants. Supposons qu’elle a 5 ans de chômage et un revenu de 2 550 € en fin de carrière. Elle devra prendre en considération une perte de 10 à 15 % de surcote qu’elle aurait pu avoir avec le régime général de la Cnav. Il y a aussi une pénalité temporaire de l’Agirc-Arrco. La Cnav concerne les employés du privé qui voient leur retraite de base et leurs cotisations gérées par la Cnav

Une cadre supérieure perdrait également 10 à 15 % de surcote avec un important malus Agirc-Arrco. Un cadre dirigeant sera plus impacté avec une réforme à l’allemande du départ à la retraite. Ce cas est également valable pour les médecins, les avocats ou les kinésithérapeutes. Tout ceci dépend évidemment de leur profil. La surcote correspond à une majoration de la pension de retraite de base. Elle s’applique lorsque l’assuré continue son activité au-delà de la durée d’assurance requise pour bénéficier du taux plein et après l’âge légal de départ à la retraite.