Ces produits de consommation courante risquent de manquer en France cet été 2022

Déjà de nombreux produits sont victimes de pénurie, et en plus de cela les rappels de plus en plus fréquents… quels produits pourraient manquer cet été ?

Source : Getty Images

Les pénuries se sont multipliées depuis déjà un certain temps, en cause la situation mondiale actuelle. Notamment la sécheresse qu’a vécu le Canada l’année passée. En effet, à cause de cela, les récoltes du Canada, des Etats-Unis et d’autres pays producteurs ont largement diminué. Créant ainsi une augmentation des ingrédients premiers et donc une inflation voire des pénuries. 

La pénurie entraîne la pénurie 

L’huile, la farine, le papier toilette… Ils sont tous les trois de bons exemples pour illustrer que la pénurie entraîne la pénurie. En effet, si dans un média, il est question de risque de manque d’un produit, beaucoup vont se ruer dessus. C’est à cause de ces comportements là qu’il y a eu des pénuries durant la grosse période COVID. Ces achats, dits de panique, sont donc la cause d’un manque évident. Ce phénomène d’achat panique et achat de précaution à vu sa popularité monter durant Mars 2020, et semble revenir en force à cause de la situation mondiale actuelle. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Moutardes Fallot (@moutardesfallot)

Le but de ces achats est justement d’acheter en grande quantité afin de ne pas subir la pénurie. Mais très contre productif comme action puisqu’elle crée la pénurie donc. Les produits touchés sont donc souvent les plus basiques, huile, farine, beurre, conserves… L’exemple le plus récent a été avec l’huile de tournesol, qui est devenue un produit rare et cher. De base se produit ne devait pas manquer. Mais comme trop de personnes ont eu peur de la pénurie, elles en ont acheté en grande quantité, faisant donc monter l’offre du produit et le rendant souvent en rupture de stock. 

Sur-stockage de précaution

Les produits de consommation de base se sont vu amoindrir depuis quelques mois, avec des stocks très faibles. Les huiles ont été victimes de cela depuis fin février de cette année. Néanmoins, Myriam Qadi, responsable analytique dans le cabinet spécialisé NielsenlQ, ne parle pas de pénurie d’huile car il y en a encore en stock en magasin. Elle déclare aussi que les disponibilités des produits semblent remonter légèrement. La raison de cette remontée est l’arrêt d’achat de prévision, elle déclare “Les achats de prévention ont largement diminué, les consommateurs ont peut-être compris qu’il n’y avait pas de réelle pénurie”. Il en va de même pour la farine, qui est sur-stockée dans les maisons de nombreux particuliers. Elle recouvre aussi un retour à la normale progressif. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Usbek & Rica (@usbek_et_rica)

Réchauffement planétaire et pénurie

La moutarde après avoir été en tension un long moment est en pénurie dorénavant. Le principal souci est que pour faire de la moutarde il faut des grains. Or, les grains viennent principalement du Canada. Mais ce dernier a subi une très grande période de sécheresse. Ainsi donc, à cause du réchauffement climatique, de nombreuses récoltes ont été perdues.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Usbek & Rica (@usbek_et_rica)

Il en est de même pour la Bourgogne, dont à cause du changement de climat, seulement 48% des récoltes ont pu être faites. Mais la Bourgogne représente la quasi-totalité de la moutarde française. Le directeur général du fabricant de moutardes Rein et Dijon déclare que “la région a connu un hiver très humide, puis trois jours de froid au début du mois d’avril de l’année dernière, nous n’avons donc pu récolter qu’environ 48% de ce à quoi nous nous attendions”. 

Ainsi, dans la situation actuelle, attention aux achats de panique qui créent les pénuries plus qu’ils n’en protègent.