Arnaques bancaires : l’UFC-Que choisir dénonce et attaque ces 12 banques, leurs clients victimes de fraude

L’UFC-Que choisir pointe du doigt ces 12 banques qui ne veulent pas rembourser leurs clients victimes d’arnaques. On vous explique tout ici !

Source : Pixabay

Certaines banques cherchent toutes les techniques possibles pour ne pas rembourser leurs clients victimes d’arnaques. L’UFC-Que choisir dénonce dans un communiqué leurs pratiques douteuses, cherchant à mettre la faute sur les victimes. 

Arnaques sur le web

Le COVID laisse de nombreuses répercussions depuis ses dernières grosses vagues. Le confinement a largement changé nos vies au quotidien. Durant celui-ci, on a eu l’occasion de vivre en confinement plusieurs fois. Du fait d’être enfermé, de nombreuses personnes passent de nombreuses heures sur le web. Une réelle opportunité que les escrocs ont largement su saisir. Les arnaques en ligne, par mail, par sms et sur internet se sont propagées comme le virus. Malheureusement de nombreuses personnes en ont été victimes

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par UFC-Que Choisir (@ufcquechoisir)

Certains escrocs se faisaient passer pour une entreprise de livraison de colis, et ainsi arriver à voler de l’argent. Les liens dans les mails, ou sms sont eux aussi une technique très répandue. Vérifiez toujours que la source soit bien officielle, car si vous entrez les coordonnées bancaires de votre compte sur ce site se faisant passer pour le gouvernement, ils pourraient bien liquider tout votre argent. 

Ils ont même utilisé les compteurs Linky pour arnaquer de nombreuses personnes. Ce ne sont pas les idées qui manquent à ces escrocs, et si vous êtes victime d’une arnaque on vous recommande d’aller porter plainte et de consulter votre banque pour vous faire rembourser. Mais le font-elles réellement ? 

Les banques et le remboursement

En 2021, durant la période la plus forte du COVID c’est 1,2 milliard d’euros de fraudes qu’a pu recenser la Banque de France. De plus en plus, les arnaques font de nombreuses victimes. En 2020, leur chiffre était de 1,3 millions soit une augmentation spectaculaire de 161%, aussi impressionnant qu’inquiétant. Mais toutes ces victimes peuvent normalement bénéficier d’un remboursement de la part de leur banque. Malheureusement, nombreuses sont celles qui refusent d’effectuer le moindre remboursement. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par UFC-Que Choisir (@ufcquechoisir)

Légalement parlant, elles sont toutes dans l’obligation juridique de couvrir les pertes des victimes d’arnaques. Mais il existe une exception, si la victime est dite couplage d’une trop grande négligence. Par cela on entend avoir donné ses coordonnées bancaires aux escrocs. Mais, ce que l’UFC-Que choisir dénonce justement cet abus d’exception pour ne pas avoir à rembourser les victimes. 

Les 12 banques qui ne remboursent pas après l’arnaque

60% des 4300 signalement fait à l’UFC-Que choisir concernent des fraudes d’une valeur supérieure à 4000€. Mais cette perspective ne convainc pas les banques de rembourser les victimes qui font partie de leurs clients. Les deux banques refusant le plus ces remboursements sont la Banque Postale et le Crédit Agricole. Pour faillir à leur devoir ils se servent de l’exception n’hésitant pas à enfoncer leurs clients disant qu’ils ont été bien trop négligent, et qu’ils ont une part de responsabilité dans l’arnaque subie. Alors que trop souvent c’est juste un sms que les victimes ont regardé. 

arnaques
Source : Pexels

Certaines autres banques, justifient leur non-remboursement en disant que comme la double authentification est nécessaire, si il y a une arnaque c’est la faute du client et non de la banque qui se dit suffisamment sécurisée. D’autres encore assurent que les assurances ne couvrent pas cela et qu’elles n’ont donc pas d’obligation à rembourser les victimes d’arnaques. 

Pour ce qui en est des 12 banques qui font l’objet de la dénonciation de l’UFC-Que choisir, ce sont les suivantes, La Banque Postale, Crédit Agricole, Banque Populaire, BNP Paribas, Société Générale, CIC, LCL, Boursorama, ING, Nickel, Cetelem et enfin Floa Banque. 

Si votre banque en fait partie, ou non, redoublez de vigilance quant aux SMS, mail et liens web que vous ne connaissez pas.