Arnaque aux faux policiers : faites attention à cette nouvelle escroquerie, vous pouvez le payer cher

Les arnaqueurs à l'origine de cette escroquerie à la « fausse police » sont particulièrement actifs dans le sud de la France.

Source : Getty Images

Vol de données personnelles, escroquerie à la carte d’assurance maladie ou au terminal de restaurant… En France, les tentatives d’escroquerie ne manquent pas. Elles ciblent souvent les personnes plutôt crédules ou les personnes âgées, quelquefois moins au fait des actualités numériques. Cette fois, l’arnaque porte sur l’usurpation d’identité. Certains escrocs se feraient, en effet, passer pour des policiers, au téléphone.

Les arnaqueurs s’attaquent aux personnes âgées

Repérée par Cnews, cette arnaque serait l’œuvre de personnes malveillantes qui s’attaqueraient notamment aux personnes âgées, par téléphone. Ces escrocs choisissent précisément leur cible, en se faisant passer pour des agents de la police municipale.

Cette technique de fraude téléphonique a déjà été signalée dans le sud de la France, au cœur des Alpes-Maritimes, comme le rapporte Var-matin. Elle viserait particulièrement les personnes âgées isolées, plus susceptibles de se faire berner. La méthode des faux policiers serait la suivante : un ciblage des personnes les plus vulnérables qui vivent seules, puis une demande précise.

Ils invitent donc leur interlocuteur à leur fournir des coordonnées bancaires ou à se rendre dans un bureau de tabac près de chez eux pour acheter des coupons PCS. Pendant ce temps, la personne qui appelle tente d’obtenir le numéro de ce coupon par un discours officiel, lui permettant de récupérer l’argent auprès de la personne arnaquée.

Cette arnaque va vous faire perdre beaucoup d’argent

Les escrocs procéderaient de plusieurs manières, même si le schéma est souvent le même, à quelques différences près. Les victimes perdraient parfois jusqu’à quelques milliers d’euros, selon ce spécialiste, interrogé en mai dernier sur France Info :

« Les escrocs procèdent de deux manières, soit en obtenant directement les codes de la carte par téléphone, soit en leur demandant d’utiliser un bon PCS. Un bon PCS est un genre de carte prépayée que l’on peut trouver sur Internet ou chez un buraliste. Ils arrivent à soutirer de grosses sommes, de l’ordre du millier d’euros », expliquait à ce sujet Claire Bigot, chargée de communication de la police nationale de Clermont-Ferrand, sur le site Franceinfo.

Source : Pexels

Des faux mails de la police

Ce n’est pas la première fois que des arnaqueurs se font passer pour des policiers. En 2021, des mails frauduleux prétendument envoyés par la direction générale de la police internationale de cyber infiltration ont circulé partout et ont alerté de nombreuses personnes.

Les prétendus arnaqueurs envoient des mails à plusieurs personnes et ils se font passer pour la direction générale de la police internationale de cyber infiltration. Des habitants de Poitiers (Vienne) avaient par exemple reçu un message les menaçant de poursuites judiciaires pour pédophilie, pédopornographie, exhibitionnisme et cyber-pornographie.

Les escrocs, qui se faisaient passer pour un commissaire divisionnaire de la Brigade de protection des mineurs, affirment envoyer leur dossier aux médias si leurs victimes ne répondaient pas dans les 72 heures.

« Votre famille, vos proches et toute la France entière verront ce que vous faites devant votre ordinateur », pouvait-on lire sur le mail en question.

Les Français ont été mis en garde

La Police nationale a averti les Français par rapport à cette arnaque. Ainsi, comme il a été dit, chaque mail prétendument envoyé par la police et signé par Émilie Lafarge serait une arnaque. Les escrocs se font passer pour la direction générale de la police internationale de cyber infiltration et d’après la Police nationale :

« Cet organisme n’existe pas ! »

En cas de doute, les Français ont été invités à vérifier l’adresse mail de l’expéditeur. Concernant les messages envoyés par la police, l’adresse y figurant doit impérativement se terminer « interieur.gouv.fr ». Si ce n’est pas le cas, il s’agit alors d’une arnaque.