Retraites : vont-elles augmentées au 1er juillet ? On vous explique tout ici

Élisabeth Borne, la première ministre, a annoncé une revalorisation de la retraite en juillet de 4%. De quoi agacer les syndicats qui dénoncent une bien trop faible augmentation.

Source : Getty Images

Une revalorisation certaine des retraites?

C’est une décision qui était très attendue par les seniors. Cette aide au pouvoir d’achat se fait attendre depuis longtemps. Depuis quelques jours la première ministre l’a confirmé. Cette augmentation est destinée aux 18 millions de retraités du secteur privé, qui auront donc la possibilité de voir leur revenu mensuel augmenter. 

Très concrètement, pour une personne qui a une pension de 1 200 euros, ce sera 60 euros de plus par mois”, voilà les conséquences de la revalorisation à 4%, d’après Élisabeth Borne sur France Bleu. 

L’an passé l’augmentation était de 1,1%, décidé en début de 2022. Cela d’après une formule qui est en vigueur depuis 2016. Mais cette offre en plein milieu d’année est une chose exceptionnelle. Surtout 4% qui est un pourcentage bien plus avantageux que les 1,1% passés. Néanmoins, ce n’est pas un cadeau sans raison. L’État était en réalité contraint dû à l’inflation qui bouleverse le quotidien de tous les français. Des produits alimentaires de base aux fournitures scolaires et à l’essence. Il est difficile de ne pas en subir les conséquences. Les retraités au régime général pourront profiter de cette aide. 

Qui est concerné ?

Le projet s’applique que pour la pension de base, excluant ainsi les retraites complémentaires de cette revalorisation. De ce fait, les complémentaires comme Agirc-Accro ne sont pas sous l’État, il n’a donc pas la possibilité de décider si oui ou non une revalorisation est possible. Les seuls décisionnaires sont les syndicats et patronats. Le ministre s’exprime sur ce sujet en disant que “C’est aux partenaires sociaux de revaloriser les retraites complémentaires. Nous, nous revaloriserons les pensions de base”. 

retraités
Source : Pexels

Une retraite convenable grâce à la revalorisation ?

Selon l’Insee, en mai l’inflation est montée à 5,2% alors qu’en avril elle était à 4,8%. Nombreux sont ceux à dénoncer le fait que la revalorisation ne suffit pas. Les 4% donc promis ne comblent pas cette inflation qui ne semble pas prête à décroître.

Les syndicats se mobilisent et réclament donc une revalorisation dîtes a “minima” de 4,5% avec un effet rétroactif en janvier. Les prises de paroles se multiplient pour exprimer les mécontentements. “cette revalorisation reste bien trop faible, car en deçà de l’augmentation du coût de la vie dont souffrent actuellement les retraités.” de la Force Ouvrière. “À titre indicatif, le Code de la Sécurité sociale (article L161-25) détaille les modalités de calcul pour la revalorisation annuelle, et dispose que celle-ci doit être effectuée sur la base d’un coefficient égal à l’évolution de la moyenne annuelle des prix à la consommation, hors tabac, calculée sur les douze derniers indices mensuels de ces prix publiés par l’Insee l’avant-dernier mois qui précède la date de revalorisation des prestations concernées” d’après le syndicat. “Pour une revalorisation au 1er  juillet, les chiffres de l’Insee de mai (avant-dernier mois) indiquent que les prix à la consommation augmenteraient de 5,2 % en mai 2022, après +4,8 % le mois précédent, soit un effet sur le pouvoir d’achat bien supérieur aux 4 % annoncés !” du secrétaire confédéral au secteur de l’emploi et des retraites. 

Élisabeth Borne s’exprime sur le sujet

Je vous confirme une revalorisation de 4 % pour toutes les retraites” dès juillet, a-t-elle confirmé. “Au global, c’est une augmentation de 5 % sur l’année ».Le Président avait fait la promesse d’indexer les retraites sur l’inflation. La revalorisation promit a bien lieu, néanmoins elle ne concerne pas l’entièreté des retraites et est jugée insuffisante par un grand nombre de syndicats.