Vacances d’été : mauvaise nouvelle pour les Français quelques semaines avant le grand départ

Les grandes vacances approchent. Toutefois, on se demande à quel point la situation actuelle va impacter les vacances d’été des Français.

Source : Capture Facebook

Le rêve de la plupart d’entre nous pour les vacances d’été, c’est d’aller à la plage en famille, partir loin de la ville ou même aller à l’étranger. Malheureusement, une mauvaise nouvelle va affecter les vacances d’été des Français. L’inflation est la principale raison du changement de programme pour les vacances.

Changement de destination et d’activité

Près de 55 % des Français ont fait le choix de reconsidérer leurs plannings de vacances. En effet, l’inflation est assez pesante pour remarquer la différence avec les vacances estivales d’auparavant. Une maman qui élève son fils de 11 ans décide de changer de cap.

Laetitia et son petit garçon vivent du RSA. Pour passer l’été, elle va emmener son fils dans le Sud. Les deux iront chez leur famille pour ne pas avoir à payer un hôtel. Un voyage qu’elle a dû préparer en avance. Elle avait affirmé que cela faisait longtemps qu’ils mettaient un peu de côté.

« Déjà rien qu’en péage, essence, aller-retour y’en a déjà pour presque 400 euros », a-t-elle dit en résumant le bilan de son calcul.

Sans oublier les autres dépenses, la maman s’est donc bien apprêtée en avance. Un père de famille qui a quatre enfants travaille dans un chantier. Pour Frédéric, la hausse du prix du carburant et la baisse du pouvoir d’achat, ne lui donne pas d’autre choix que de changer les plans de vacances.

En voyant le coût d’un billet d’avion, les vacances à l’étranger ça ne sera pas pour cette année ! Il a plutôt opté pour des vacances d’été à la plage et d’autres activités comme le camping. Mais le camping reste un challenge pour le budget. En faisant un petit compte, il a constaté qu’avec ses enfants, une semaine de camping lui coûtera 1 500 euros.

En deux semaines, le prix monte de 3 000 euros. En additionnant les divers frais, les dépenses peuvent aller jusqu’à 5 000 euros. Je suis resté en France et je n’ai pas fait grand-chose, a-t-il ajouté à la fin. Il n’est pourtant pas le seul à avoir choisi le camping. Cette année, le niveau de réservation pour cette activité est supérieur à celui de 2019.

Des réservations malgré la hausse des prix

D’après Nicolas Dayot, le président de la fédération nationale de l’hôtellerie de plein air, l’année 2022 s’annonce « comme une très bonne saison ». Selon son explication, les gens ont très vite réservé. Ils ont « anticipé que les Français vont partir plus en France ». Le besoin de plus de vacances les a donc fait réserver de la place de manière assez rapide.

De passage dans la Matinale, le week-end de RMC, Didier Arino explique la répercussion de l’inflation sur les vacances des Français. « Les vacances vont coûter 12 % plus cher cette année » a-t-il évoqué. Par conséquent, le fait de partir en vacances d’été « suppose des sacrifices et des arbitrages » pour beaucoup de Français.

Le besoin de vacances est « ancré dans la culture des Français depuis les congés payés ». Le dirigeant de Protourisme poursuit en évoquant un constat. « Les opérateurs de tourisme sont en avance de 18 % de chiffre d’affaires par rapport à 2019, c’est considérable », a-t-il mentionné en parlant de la hausse des fréquentations.

Didier Arino a également expliqué que le budget moyen pour partir en vacances d’été va augmenter. Une hausse de 1 900 euros pour une famille de quatre personnes. Pour diminuer le coût du transport et mieux faire face à la hausse du prix de l’essence, les Français « préfèrent partir sur une période plus longue, mais moins loin ». L’idée est pour « éviter la multiplication des courts séjours ».

Une consécration qui en vaut le coup

La pandémie a aussi eu un impact sur les plans de vacances des Français. Les périodes de confinement pendant la crise sanitaire ont privé les familles de se voir, même en vacances. Comme il est maintenant possible de voyager, 70 % des départs en vacances d’été ont pour destination de rejoindre les familles. Le dirigeant du Protourisme a même mentionné le « retour de la convivialité ».

Même si les prix ont doublé, le fait de revoir la famille en vaut la peine. « On serre la ceinture un petit peu », explique une mère de famille qui a choisi de partir au Maroc avec sa fille. Une autre remarque faite par Didier Arino, certains Français prévoient de faire des activités gratuites et se faire à manger. Ils décident donc de « sacrifier les restaurants » et à la place, ils iront pique-niquer.