AVC : Un mois avant une crise cardiaque, votre corps vous envoie ces 8 signaux

L’AVC est une pathologie très grave qui peut conduire à la mort. Bien que cela arrive sans prévenir, il y a parfois des signes avant-coureurs.

Source : Getty Images

L’accident vasculaire cérébral ou AVC se présente lorsque l’approvisionnement du sang dans une partie du cerveau est réduit ou bien interrompu. Cela a pour effet de priver les tissus cérébraux d’oxygène ainsi que les nutriments. La conséquence d’un problème d’irrigation de grande ampleur n’est autre que la mort des cellules du cerveau.

Détails importants sur l’AVC

Pour ceux qui ne sont pas au courant, sachez qu’il y a deux types d’AVC. Le premier est un accident vasculaire cérébral ischémique. En d’autres termes, cela arrive lorsqu’il y a un blocage au niveau de la circulation sanguine. Quant au second, il s’agit d’un accident vasculaire cérébral hémorragique lié à la rupture d’un vaisseau sanguin.

Pour ce qui est de l’AVC ischémique, sachez que c’est le cas le plus fréquent. Elle se présente quand il y a un blocage du vaisseau sanguin, empêchant ainsi le sang et aussi l’oxygène d’arriver dans une partie du cerveau. Cela peut notamment se présenter de deux manières.

Source : Pexels

La première est appelée AVC embolique. Généralement appelé attaque ou infarctus, il se caractérise par formation d’un caillot dans une artère. Ce dernier va ensuite se loger dans le vaisseau sanguin et la pression causera la rupture du vaisseau sanguin. D’où le problème d’irrigation du cerveau. La deuxième façon est le fait qu’un caillot se forme dans un vaisseau sanguin du cerveau en la bouchant tout simplement. On appelle cela AVC thrombotique.

Par ailleurs, pour le cas de l’AVC hémorragique, celui-ci se produit pendant une apoplexie ou une rupture d’un vaisseau sanguin. Par conséquent, le sang n’atteindra pas une partie du cerveau. À noter que l’hémorragie peut se produire dans n’importe quel vaisseau sanguin cérébral ou encore dans la membrane qui entoure le cerveau.

Les symptômes de l’AVC

Si on a tendance à penser que l’accident vasculaire attaque sans prévenir, sachez qu’il existe des signes qui annoncent l’arrivée de cette maladie. Parmi eux, on peut compter la paralysie ou l’engourdissement subite des membres ou du visage. Notons que cela se présente uniquement sur une seule partie du corps.

Ensuite, on retrouve également comme symptôme de l’accident vasculaire cérébral le fait de rencontrer des problèmes à parler ainsi que des difficultés au niveau de la compréhension. En effet, à ce moment-là, vous avez la difficulté de vous exprimer et de comprendre ce que vous disent les autres.

Par ailleurs, on sait également que le fait de ne pas pouvoir regarder à un œil ou bien les deux yeux fait aussi partie des symptômes de l’AVC. Lorsque ce problème vous frappe, la vision peut être troublée ou bien noircie. Avant l’arrivée de l’AVC, on a aussi tendance à faire face à de la difficulté à marcher. Par conséquent, des vertiges, la perte de coordination ainsi que la perte d’équilibre peuvent se présenter.

Sinon, le mal de tête fait aussi partie des symptômes de l’AVC. Le plus souvent, il est accompagné de vertiges ou encore d’une altération de la conscience.

D’autres symptômes peu courants

Si ces symptômes cités en haut se présentent fréquemment lors de l’accident vasculaire cérébral, il en existe par ailleurs d’autres qui ne se présentent pas souvent. Parmi eux, les nausées et vomissements sans raison. Il y a également la perte de conscience, la convulsion et même la confusion.

Puis, pour ceux qui ne le savent pas, sachez que le hoquet qui ne s’arrête pas fait aussi partie des symptômes de l’AVC. Il y a aussi la présence d’une douleur au visage ainsi qu’aux membres. Et enfin, le dernier symptôme est l’essoufflement sans aucune raison. Notons qu’il est accompagné d’une grande douleur thoracique.

Que faut-il faire quand ces symptômes apparaissent ?

Lorsque vous ressentez l’un de ces symptômes cités ci-dessus, essayez de sourire pour voir si un côté de votre visage s’affaisse. Ensuite, levez les bras dans le but de savoir si celui-ci est en dérivation. Puis, tentez de prononcer une phrase pour voir si vous avez des difficultés à parler.

Pour information, on rencontre plus de 10 000 cas d’accident vasculaire cérébral chaque année en France, dont un toutes les quatre minutes. Les recherches d’INSERM révèlent également que l’AVC est la première cause de handicap à l’âge adulte et est aussi la deuxième cause de démence ainsi que du décès. Il est donc très important de bien faire attention.