Le virement de la CAF qu’on oublie tous de demander…

Une récente enquête a montré que de nombreux Français oublient de demander les prestations sociales de la CAF qui leur sont destinées.

Source : Capture Facebook

Pour ceux qui ne sont pas au courant, sachez que la France fait partie des pays les plus généreux en matière de dépenses sociales. Une étude de l’OCDE montre d’ailleurs que l’Hexagone consacre 32 % de son PIB uniquement pour ces dernières. Ce qui est supérieur à la moyenne des 38 pays membres dont le pourcentage s’élève à 19 %.

CAF : 10 milliards d’euros non réclamés

Une grande partie de ces dépenses sociales sont notamment consacrées aux pensions de retraite ainsi que de réversion, mais aussi au système de santé. Sauf que d’après les informations reçues, de nombreux Français ne demandent plus d’aide auprès de la CAF. Et ce, même s’ils en ont le droit.

Notons que ces aides peuvent être les aides de logement, la prime d’activité ou encore le revenu de solidarité active et bien d’autres encore. La plateforme Mes-Allocs a notamment fait des recherches et a découvert que plus de 10 milliards d’euros dorment dans les caisses chaque année, en raison du fait que les destinataires ne réclament pas leur dû.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Novice Club (@noviceclub)

CAF : des aides importantes oubliées

Des chercheurs se sont particulièrement penchés sur le cas du revenu de solidarité active ou RSA et ont découvert des chiffres stupéfiants. Surtout lorsque l’on regarde du côté des familles qui ne réclament pas cette aide. En effet, la DREES a trouvé qu’en se basant sur des données datant de 2018, près de 600 000 ménages ne demandent pas leur part du revenu de solidarité active. À noter qu’un tiers de ces ménages n’en réclament pas à chaque trimestre et un cinquième de façon durable.

Rappelons que le RSA est destiné pour les personnes n’ayant pas de travail ou celles dont les revenus sont faibles et ne peuvent pas subvenir à tous leurs besoins. Il vaut 330 € par mois et en raison des non-réclamations de certains Français, près de 750 millions d’euros resteraient dans les caisses.

La DREES affirme également que les personnes qui ne demandent pas le RSA peuvent être des couples sans enfants, des jeunes, des diplômés ou des propriétaires qui habitent en agglomération parisienne ou dans des zones rurales. Selon les informations reçues, 49 % des couples sans enfants ne réclament pas le RSA, tandis que 16 % de femmes, élevant seules leurs enfants, sont aussi dans le même cas.

Pareil pour 15 % des locataires en HLM, 61 % des propriétaires ainsi que 33 % des locataires du parc privé. La DREES affirme également que le pourcentage de non-recours reste le même depuis 2010.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Datagora (@datagora.fr)

CAF : plus de détails sur le RSA

Il est important de savoir que pour bénéficier du RSA, il faut actualiser les ressources, tout comme avec la prime d’activité. Mais ce n’est pas tout le monde qui peut accéder à cette procédure, d’autant plus que d’autres sont distribués automatiquement. Ainsi, pour le grand bonheur de certains, la Cour des comptes a décidé de réclamer une réforme du revenu de solidarité active.

Celle-ci demande aussi à ce qu’on simplifie le versement d’allocation, en « améliorant l’ensemble des outils, dont la téléprocédure, les simulations et l’automatisation de la déclaration trimestrielle ». Si on a mis en place le RSA en France, selon la Cour des comptes, c’est pour éviter que les personnes dans le besoin ne tombent dans une grande pauvreté.

Cela a notamment permis à enlever les « trappes à inactivité », en plus des incitations financières à aller travailler. C’est en 2009 que cette aide a vu le jour et depuis cette année-là jusqu’à maintenant, le nombre des personnes qui en bénéficient s’élève à 46 % pour atteindre près de 2 millions de personnes.

À noter que la dépense qui finance le revenu de solidarité active va jusqu’à 15 millions d’euros en 2019. Par ailleurs, la prime d’activité fait aussi partie des aides dont les populations françaises bénéficient, mais qu’ils oublient de réclamer. Pour informations, on peut toucher cette prime à condition qu’on ait un métier et qu’on y gagne des revenus modestes. Le montant varie selon les ressources de l’ensemble des membres d’un ménage.

Voici les conditions pour en bénéficier :

  • Avoir plus de 18 ans
  • Résidant en France de façon stable, c’est-à-dire vivant sur le territoire au moins 9 mois dans l’année
  • Être Français ou citoyen de Suisse ou de l’Espace économique Européenne ou avoir un titre de séjour en cours de validité depuis plus de cinq ans