Compteur Linky : 7 raisons qui expliquent pourquoi certains Français refusent de l’utiliser

Le compteur Linky est au milieu d’une vive polémique depuis un certain temps. En effet, ce dispositif suscite la méfiance auprès de certains usagers.

Source : Enedis

Dire que le compteur Linky ne fait pas l’unanimité relèverait de l’euphémisme. Même si le petit boîtier vert d’Enedis a été distribué dans les quatre coins de l’Hexagone, il y a tout de même un nombre non négligeable de Français qui refusent de le voir installer chez eux.

Aucune obligation légale

Selon Stéphane Lhomme, un militant anti-Linky, la plupart des réfractaires à ce dispositif s’appuient sur l’absence théorique d’obligation de le recevoir pour refuser son installation.

« Les directives européennes ne font pas mention d’une quelconque obligation qui incomberait aux habitants. Elles ne stipulent d’ailleurs pas que Linky soit obligatoire, au contraire. Cependant, c’est beaucoup plus simple, pour pouvoir installer le compteur à tous les Français, de leur dire que c’est le cas », assure-t-il.

Pourquoi le compteur Linky fait-il autant parler de lui ?

Au fil des années, les griefs contre le compteur Linky ne cessent de se multiplier. Certains « anti-Linky » ont mis en avant le manque de fiabilité du petit boîtier vert d’Enedis. En effet, celui-ci est connu pour tomber en panne régulièrement à cause de l’infiltration d’insectes.

Il y a aussi ceux qui pointent du doigt les conséquences de l’utilisation de ce compteur sur l’environnement. Enfin, nous avons aussi entendu des personnes se plaindre de leurs factures après l’installation du dispositif d’Enedis.

Tous ces griefs sont mis en avant par le site « Plateforme Opérationnelle anti-Linky » qui affiche ouvertement sa méfiance envers le compteur Linky. Même si certains de ces griefs semblent légitimes à première vue, il y en a qui ont déjà fait l’objet de réponses et de démentis de la part d’Enedis. Il serait donc plus judicieux de bien se renseigner avant de prendre position sur le sujet.

Peu importe votre avis sur le sujet, il est important de rappeler qu’à partir de 2025, les usagers qui ne seront pas encore équipés du compteur Linky feront l’objet d’une sanction financière. Toutefois, cette pénalité ne concerne pas ceux dont l’installation a été empêchée par une raison technique.

Les doutes sur la technologie utilisée

Le compteur Linky utilise la technologie du courant porteur en ligne (CPL) pour fonctionner. De ce fait, de nombreux utilisateurs craignent l’impact des ondes générées par le dispositif d’Enedis. La société s’est déjà exprimée sur ces craintes en sortant un démenti.

« Le champ électrique de Linky est identique à celui de l’ancien compteur, soit entre 0,25 V/m et 2 V/m. Selon l’Agence nationale des fréquences (ANFR), il se situe largement en dessous de la limite réglementaire (87 V/m) », faisait savoir l’entreprise.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by DES BILLES DE BOIS (@desbillesdebois)

Les risques d’incendie

Depuis le début du déploiement du compteur Linky, certains usagers ont soupçonné le dispositif d’avoir causé des incendies. Le magazine Planet est d’ailleurs revenu sur un cas survenu dans le Val-d’Oise. De son côté, le gestionnaire du réseau électrique a toujours nié l’existence d’un tel risque.

« Nous rappelons que le compteur Linky ne prend pas feu, toutes les expertises menées lors d’incendie d’origine électrique ont mis hors de cause le compteur. Il n’y a pas eu d’augmentation du nombre d’incendies d’origine électrique en France depuis l’installation des compteurs », a rappelé l’entreprise.

Les risques sur le respect de la vie privée

Nombreux sont les usagers à craindre que l’installation d’un compteur Linky puisse porter atteinte à leur vie privée. Sandrine Larizza, un membre du collectif « InfoLinky5G » du sud-ouest lyonnais s’est d’ailleurs exprimé sur le sujet au mois de mars 2022.

« Avant d’être un compteur, Linky est un capteur dont le but est de reconstituer les faits et gestes de l’usager. C’est donc une atteinte à la vie privée », estimait Sandrine Larizza.

Les risques écologiques

Dans les colonnes de nos confrères de Planet, Stéphane Lhomme a estimé que le fait de remplacer 35 millions de compteurs en état de marche constitue une aberration en matière écologique. Surtout si on prend en compte le coût de production de ces nouveaux appareils.

« C’est d’entrée de jeu une faute écologique majeure. D’autant plus que les économies d’énergie promises ne sont pas au rendez-vous… », estime-t-il.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Anna & Nico (@autoconstruction_andco)

La crainte d’une panne

Sur la Plateforme Opérationnelle anti-Linky, il n’est pas rare de voir des usagers témoigner de leur crainte vis-à-vis d’une éventuelle rupture d’approvisionnement. En effet, le nouveau dispositif d’Enedis permet au prestataire de couper le courant à distance s’il le souhaite.

La crainte de voir sa facture s’alourdir

Les anti-Linky estiment que le programme de remplacement de compteur ne leur bénéficie pas. D’après ces derniers, le passage au compteur numérique bénéficierait plutôt à Enedis, car ce dernier obligerait certains clients à payer plus cher.

L’aspect social

L’activiste anti-Linky a aussi soulevé l’aspect social lors de son entrevue auprès de Planet. L’installation d’un compteur Linky permet au prestataire de se passer d’un agent qui irait périodiquement chez vous faire un relevé de courant. À l’instar de certains domaines, le passage au numérique supprimera de nombreux postes au sein de la filiale.

« N’oublions pas le volet social : le compteur Linky, c’est aussi la disparition d’un certain nombre d’emplois », rappelle l’activiste.