Pénurie : après la moutarde et l’huile, cette sauce célèbre va connaître une pénurie elle aussi

Entre les campagnes de rappel et l’inflation, on doit aussi composer avec la pénurie. Aux dernières nouvelles, cette célèbre sauce va être touchée.

Source : Capture Facebook

La sauce Sriracha fait partie des sauces piquantes les plus appréciées de l’Hexagone. Toutefois, les conditions climatiques actuelles ne sont apparemment pas favorables à la production de ce condiment. Il pourrait donc disparaître momentanément des rayons de nos supermarchés.

Un vent de panique chez les amateurs de plat pimenté

Ce n’est véritablement pas la saison des amateurs de plats pimentés. La célèbre sauce Sriracha, de la société Huy Fong Foods, qui se distingue facilement par son couvercle vert, risque fort de manquer à ses habitués. Ce condiment cher aux restaurants servant des plats orientaux est en voie de disparition si on en croit les déclarations de la marque. En effet, le fabricant a annoncé mettre en pause sa production pendant quelques mois.

Comme on a pu s’y attendre, cette annonce a très vite suscité un vent de panique au pays de l’Oncle Sam. Nos amis d’outre-Atlantique sont, en effet, les plus gros consommateurs de cette sauce. Après avoir eu connaissance de cette mauvaise nouvelle, certains n’ont d’ailleurs pas hésité à se constituer un stock important pour ne pas en manquer durant les mois à venir.

Une pénurie causée par le mauvais temps

Contrairement aux dernières pénuries auxquelles nous avions fait face, la disparition de sauce Sriracha n’est pas causée par la guerre en Ukraine. Celle-ci est causée par une importante sécheresse qui sévit sur la côte ouest des États-Unis et au Mexique depuis quelque temps. Des États tels que le Nouveau-Mexique, la Californie et le Mexique font actuellement face à des conditions climatiques extrêmes.

« À l’heure actuelle, en raison des conditions météorologiques affectant la qualité des piments, nous sommes confrontés à une grave pénurie. Malheureusement, cela est hors de notre contrôle et sans cet ingrédient essentiel, nous ne pouvons fabriquer aucun de nos produits », a expliqué Huy Fong Foods dans un communiqué.

En plus de la Sriracha, les sauces chili ail et sambal oelek sont aussi touchés par le même problème. Ces derniers ne sont donc plus produits. Ce qui a élargi encore une fois l’impact de cette pénurie.

À l’heure où nous écrivons ces lignes, les commandes passées auprès du fabricant ont toutes été suspendues. La marque a néanmoins précisé que les livraisons reprendront vers la rentrée, soit après la fête du Travail américaine qui se tiendra le 6 septembre 2022.

Huy Fong Foods et son logo culte

Huy Fong Foods a vu le jour à la fin des années 1970 dans la ville de Los Angeles par l’initiative de David Tran. Ce dernier est un ancien boat-people d’origine sino-vietnamienne qui a fui la guerre qui sévissait dans le pays de Hồ Chí Minh. Son entreprise fait actuellement office de référence parmi les fabricants de sauces pimentées.

Huy Fong Foods s’est rendue célèbre par son produit phare qui n’est autre que la sauce Sriracha. Cette célèbre sauce est fabriquée à partir de piment, de sucre, d’ail et de vinaigre. Son logo est connu de tous les amateurs. C’est un coq qui jouit d’une certaine réputation dans la pop culture. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir ce logo sur des tee-shirts ou des mugs.

D’autres pénuries en perspective

La pénurie de sauce piquante nous rappelle celle de l’huile de tournesol ainsi que celle de la moutarde. L’huile de tournesol se fait rare sur les étals à cause de la guerre en Ukraine. En effet, ce pays était le principal exportateur de cette denrée avant l’invasion russe. Quant à la pénurie de moutarde, elle est aussi due en partie au conflit, mais il n’y a pas que cela. Une sécheresse qui sévit au pays du sirop d’érable en est aussi responsable.

En plus des produits sus-cités, la viande de volaille viendra probablement à manquer dans les prochains mois. La raison de cela est à chercher du côté de la grippe aviaire qui a touché 1 378 élevages. Cette maladie conduit à l’abattage de 16 millions de volailles depuis le mois de novembre dernier. Parmi eux, on a compté 11 millions dans le Grand Ouest.

La seule bonne nouvelle, c’est que le gouvernement a abaissé le niveau d’alerte de « modéré » à « négligeable » sur l’ensemble du territoire français. Une décision qui a été motivée par le fait qu’il n’y a pas eu de nouveaux foyers depuis le 17 mai 2022.