Les squatteurs sont partis du domicile mais depuis le début, ils mentent…

Après avoir révélé la présence de squatteurs dans leur nouveau domicile, Le Parisien a découvert le mensonge du couple.

Source : Capture Facebook

Cette histoire fait grand bruit depuis plusieurs jours. Le 8 juin 2022, Le Parisien a consacré un reportage sur un couple qui semblait bouleversé par ce qu’il leur est arrivé. Une vidéo d’à peu près cinq minutes, diffusée sur Twitter, qui évoque le soi-disant problème de Laurent et Élodie avec leur nouveau domicile.

Un récit mensonger

Ce domicile, ils l’ont pu l’acquérir à la suite de trois visites. Ainsi, après avoir signé les documents nécessaires chez le notaire le 19 mai 2021, le couple a enfin pu déménager dans leur nouvelle demeure. Sauf qu’une fois arrivés sur les lieux, ils constatent la présence de squatteurs. Les serrures avaient notamment été échangées et un couple parent de quatre enfants occupait le logement.

Nos confrères du Parisien ont demandé plus d’une fois à Laurent et sa femme s’ils savaient déjà à propos des squatteurs avant d’emménager dans le domicile. Le couple avait toujours affirmé que durant les trois visites qu’ils avaient faites en septembre, les affaires des squatteurs n’étaient pas encore là.

En poursuivant, l’interviewer demande leur avait alors demandé s’ils se sont quand même doutés d’une présence de squatteurs dans leur maison. Laurent et Élodie ont répondu par un « Non ». Bien qu’ils aient vu des matelas par terre lors de leurs visites, disent-ils, jamais ils n’auraient pensé qu’une famille habite aussi dans le domicile.

Cependant, si Élodie et son compagnon avaient l’air très sérieux et au bord du désespoir durant le reportage, il s’avère que tout ce qu’ils ont dit n’était que des mensonges.

La vérité a éclaté !

C’est une conseillère en immobilier du nom de Samira Casolari qui a tenu à mettre les choses au clair au sujet de cette histoire de squatteurs. Dans une vidéo postée sur Facebook, elle a prouvé que Laurent et Élodie ont bel et bien été au courant de la présence des squatteurs dans leur nouveau domicile avant d’y emménager.

Selon ses dires, c’est pour cette raison que le coût de la maison était très intéressant, en plus des travaux de rénovation qui ne sont pas encore terminés. Un prix qui s’élève à 140 000 euros, pour une maison de 70 mètres carrés et un terrain de 1800 mètres carrés.

Suite à ce rebondissement, les journalistes du Parisien ont tenu à informer son auditoire qu’ils ont été induits en erreur. Et dans le communiqué qui avait partagé le quotidien, on peut notamment lire qu’une remise de clé ne s’était même pas passée. On peut ainsi en déduire que la version de Laurent et de sa compagne ne relevait que de la mise en scène médiatique !

Le quotidien interviewe le couple une nouvelle fois après la découverte

Suite à cette découverte, Le Parisien a reconnu son erreur et a tenu à s’excuser auprès de ses lecteurs. Dans un nouveau numéro publié le vendredi 10 juin 2022, le quotidien a également révélé que les squatteurs qui vivaient dans la demeure du couple ont fini par quitter le lieu « sous la tension » dans la nuit du jeudi 9 à vendredi 10 juin 2022.

D’après les informations reçues, les squatteurs ont de plus été « agressés et gazés » par des personnes masquées pendant qu’il faisait leurs valises dans leur voiture pour quitter les lieux. Et cela, dans la mesure où « la gendarmerie venait de leur signifier leur mise en demeure ».

Notons que cette famille a fait appel à la gendarmerie et a décidé de porter plainte. De ce fait, une enquête sur cette affaire a été ouverte récemment. De leur côté, Laurent et Élodie qui habitent dans leur nouveau domicile depuis peu a été ordonné par la gendarmerie de quitter l’endroit, invoquant « une scène d’effraction ».

Et lors d’une nouvelle interview chez Le Parisien, Laurent et sa compagne ont réaffirmé qu’ils n’étaient pas du tout au courant de la présence des squatteurs. Ils pensaient, selon eux, qu’il s’agissait de jeunes gens qui « venaient parfois en journée ».

« On s’est dit qu’on récupérerait vite le bien », a ajouté Élodie.

Cette histoire défraie la chronique depuis quelque temps. Elle fait également beaucoup réagir les internautes. Qu’en pensez-vous ?