Rappel massif en France : cet aliment est très dangereux pour la santé, ramenez le rapidement en magasin… , il s’agit de filet de queue de saumon

Des merguez de canard sont soupçonnées de contenir de la salmonelle. Soyez vigilant, cette bactérie cause des problèmes gastro-intestinaux.

Source : Capture Facebook

L’organisme gouvernemental Rappel Conso sonne la sonnette d’alarme. Des merguez de canard ont fait l’objet d’un rappel massif à cause de la présence potentielle de salmonelle. La consommation de ces produits est fortement déconseillée, car ces bactéries sont potentiellement dangereuses pour la santé.

La salmonellose

La salmonellose est une maladie provoquée par des entérobactéries du genre Salmonella. Cette bactérie est présente en grande quantité dans l’intestin des animaux. La consommation d’un produit alimentaire à base de viande consommé cru ou pas assez cuit d’un animal infecté est la première forme de contact de la salmonelle vers l’humain.

La possibilité d’une contamination directe auprès d’un animal déjà malade ou un contact avec un porteur sain est faible. Par contre, les produits de charcuterie, d’œufs, de lait ou de certains types de fromages issus d’un animal infecté comportent un risque élevé d’infection chez l’être humain.

Les produits sujets du rappel

Les Merguez au canard de la marque « les Thomasines », qui ont été vendues dans la majorité des supermarchés de France entre le 30 mai et le 8 juin, sont concernées par ce rappel. Parmi les enseignes qui ont commercialisé ce produit, on peut citer notamment Super U, Hyper U, Auchan, Leclerc ou encore Carrefour Market.

Les lots concernés par ce rappel comportent sur leur emballage le numéro : 22 150 303 avec le code-barres 3700518702751. La date de péremption est comprise entre le 12 et le 14 de ce mois de juin.

Une série noire

Ces derniers mois, les campagnes de rappels se sont succédé à un rythme effréné. Après le scandale causé par les pizzas surgelées de la marque Buitoni suspectées d’être contaminées à la bactérie E, on a eu également celle des chocolats Ferrero qui a fait grand bruit à cause de la salmonelle.

En plus du risque d’infection à la salmonelle, il y a eu aussi celle de la listeria qui est responsable du rappel de certains produits. On se souvient de la campagne de rappel concernant le Filet de queue de saumon vendu par E. Leclerc, par exemple.

Faut-il envisager une refonte du système ?

Ces scandales sanitaires successifs ont relancé le débat sur l’autocontrôle effectué par les multinationales de l’industrie agroalimentaire.

Certaines ONG souhaitent que le contrôle des produits alimentaires soit confié à un organisme indépendant. D’autres acteurs militent pour une refonte en profondeur du système de contrôle de qualité au niveau européen. C’est le cas de Foodwatch qui s’exaspère de voir les géants du secteur multiplier les scandales.

« Ce que ces scandales révèlent malheureusement une nouvelle fois, ce sont les défaillances du système », regrette Karine Jacquemart, directrice générale de l’association de défense des consommateurs.

Cette association a essayé de se faire entendre depuis 2017 et le scandale qui a touché le groupe Lactalis, avec le lait contaminé par de la salmonelle.

« Aucun enseignement n’en a été tiré ! Les véritables contrôles par les autorités sanitaires de ces usines n’existent quasiment plus », déplore Quentin GUILLEMAIN, président de l’association pour la santé des enfants.

Un important risque sanitaire

Il ne s’agit pas d’un simple problème de digestion ! Les autorités ont mis une affiche de rappel qui conseille fortement d’éviter d’ingérer des produits qui risqueraient de contenir de la salmonelle. Cette bactérie cause une intoxication alimentaire et affecte les intestins.

Les symptômes vont du vomissement à la diarrhée. Une fièvre et des maux de tête s’ensuivront après 6 à 72 heures après la consommation de produits contenant de la salmonelle. La maladie appelée salmonellose pourrait être fatale en cas de complication. Il est préférable de prêter attention à ces symptômes, surtout s’il s’agit d’un enfant ou d’une femme enceinte. Les personnes âgées et ceux qui sont immunodéprimés doivent aussi rester vigilants.

Ceux qui ont déjà consommé ces produits, et ce même avant la date limite, doivent immédiatement en informer leur médecin traitant en cas de malaise. Si ces symptômes ne se présentent pas dans les sept jours suivants la consommation du produit, il n’y a pas de quoi s’alarmer. Les produits rappelés cités en haut peuvent être rapportés en magasin et le client bénéficiera d’un remboursement. Pour plus d’informations, veuillez contacter le 05 58 76 55 50.