Supermarchés : Découvrez enfin lesquels en France profitent réellement de l’inflation

Les prix des produits ne cessent de grimper à cause de l’inflation. Malgré cela, certains distributeurs continuent à faire de gros bénéfices.

Source : Capture Facebook

L’inflation a pris place en France depuis maintenant plusieurs semaines. Si la plupart des supermarchés traversent une mauvaise période, il y en a qui arrive tout de même à enregistrer des gains notables.

La France face à l’inflation

Depuis maintenant plusieurs mois, les Français se sont vus obligés de se serrer la ceinture. En cause, l’inflation qui a atteint 5 % sur une année au mois de mai 2022. Comme certains achats sont inévitables, il faut faire des choix, notamment du côté de l’habillement, des loisirs, et de l’alimentaire. En ce qui concerne la grande distribution, les opérations de séduction se multiplient afin de garder les clients. Ce qui n’est vraiment pas évident, surtout que ces dernières semaines, les prix des produits n’ont pas arrêté de s’envoler.

Pour fidéliser ses clients, chaque enseigne a sa technique. Il y a les « prix serrés » chez Carrefour, le « carburant à 0,85 € » chez Casino, le « Bouclier anti-inflation » chez Leclerc, et la réduction de 5 % par mois chez Lidl. Selon Daniel Ducrocq, directeur général d’A3Distrib, les distributeurs jouent surtout sur le « prix global du panier » pour se démarquer, car les acheteurs ont tendance à regarder le total quand ils achètent.

Par ailleurs, en plus des opérations spéciales, les réductions sur les biens de première nécessité se font aussi de plus en plus nombreuses. Le nombre de produits à prix barré a d’ailleurs augmenté depuis le mois de janvier 2022 et de 6,3 % par rapport à la même période de l’année précédente. D’après les informations du Parisien, les rayons les plus concernés par la hausse des promotions sont : le bazar, la crémerie et la droguerie.

Le classement du mois de mai

L’inflation est présente en grande distribution depuis avril 2022. Les prix des produits ne cessent de grimper. En avril les prix ont augmenté de 3 %, et en mai de 3,81 %. Face à l’inflation, les consommateurs français misent sur la modération. Raison pour laquelle, durant le mois de mai 2022, les dépenses liées aux produits de grande consommation ont baissé de 1,8 % par rapport au mois de mai de l’année passée.

En ce qui concerne les parts de marché, elles sont restées relativement stables durant le mois de mai pour les différents supermarchés. Les chiffres ont montré que c’est Casino qui a fait la bonne opération du mois en enregistrant un gain de 0,3 point. Néanmoins, il est bon de préciser qu’il s’agit surtout d’un transfert entre l’enseigne, et Géant, qui de son côté a perdu 0,3 point sur le mois.

Comme Casino, Leclerc a elle aussi progressé durant le mois de mai. En effet, l’enseigne a enregistré un gain de 0,2 point de part de marché. Cette progression est la conséquence de sa bonne image prix. Pour information, Leclerc a la meilleure image prix de France avec Lidl. Cela est dû en partie à l’activisme de son propriétaire qui ne manque pas une occasion de vanter son « bouclier anti-inflation » dans les médias.

Après Leclerc, on retrouve Intermarché avec 14,8 % de part de marché. Puis, les hypers Carrefour qui enregistrent un gain de 0,1 point à 9,1 % de part de marché. S’ensuivent les supers Carrefour Market, qui avec 7 % de part de marché font du surplace. De son côté, Auchan a enregistré un gain de 0,1 %.

Lidl régresse

Comme le montrent les chiffres, il n’y a pas eu de grands mouvements durant le mois de mai. Sauf peut-être pour Système U, qui a perdu 0,3 point durant l’exercice. Lidl a elle aussi reculé d’un cran. Elle a perdu 0,1 point à 7,7 % de part de marché. Ce qui peut surprendre surtout si l’on sait qu’avec Aldi, l’enseigne avait gagné 400 000 clients supplémentaires entre mars et avril 2022.

Le souci de Lidl, c’est qu’elle a dû augmenter considérablement ses tarifs. Et bien qu’elle bénéficie d’une bonne image de prix, cela n’a pas empêché la régression. Selon Iris, les supermarchés qui ont peu de marques nationales sont ceux qui sont les plus touchés par l’inflation. En effet, si la hausse des prix dans ces circuits a pu atteindre 4,57 %, dans les hypermarchés et les supermarchés, elle ne dépasse pas les 3,9 %.

À noter également que les prix des produits commercialisés dans ces supermarchés sont les plus susceptibles de grimper lorsqu’il y a une hausse de matières premières. Ce qui fait qu’en période d’inflation, les enseignes discount sont moins concurrentielles.