Indemnité alimentaire d’urgence : tout ce qu’il faut savoir sur cette aide de l’État

Mardi 7 juin, Élisabeth Borne a révélé quelques détails concernant l’indemnité alimentaire ainsi que les 2 dispositifs qui la composeront.

Source : Pixabay

En cette période d’inflation galopante, la Première ministre a fait deux annonces fortes. Le premier concerne une indemnité alimentaire d’urgence et le second concerne le chèque alimentaire. Si les deux dispositifs sont destinés à aider les foyers les plus démunis en matière d’alimentation, le premier est plus axé sur la quantité alors que le second sera destiné à en améliorer la qualité.

Une aide alimentaire à double-face

Le dispositif gouvernemental d’aide en matière d’alimentation se présentera sous deux aspects. Dans cette période où le pouvoir d’achat des Français se voit de plus en plus réduit, ces aides de l’État sont plus que bienvenues. L’indemnité alimentaire d’urgence consiste à offrir aux ménages les plus démunis la possibilité d’acheter plus de produits alimentaires.

Quant au chèque alimentaire, il devrait permettre à ces derniers d’avoir accès un peu plus facilement à des produits de qualités tels que des aliments bio ou locaux. Toutefois, ces deux dispositifs n’arriveront pas au même moment. La première aide qui sera distribuée sera l’indemnité alimentaire d’urgence. Les bénéficiaires devront donc patienter quelque temps avant de percevoir le chèque alimentaire.

Qui en seront les bénéficiaires ?

Lors de sa prise de parole sur France Bleu, la Première ministre Élisabeth Borne a expliqué que ces aides viseront les ménages les plus modestes. Elle a cependant averti que la sélection des bénéficiaires sera un peu plus ciblée que l’indemnité inflation déjà mise en place, même si ces nouvelles aides en prendront le modèle.

« Dans l’urgence, avec l’inflation, ce sera une aide versée directement sur le compte en banque, en une fois, tenant compte naturellement du nombre d’enfants dans la famille », indique la cheffe du gouvernement.

Quand est-ce que ces aides seront versées ?

D’après les informations délivrées par Matignon, les bénéficiaires verront leur indemnité alimentaire d’urgence être versée au mois de septembre 2022. Le gouvernement n’a cependant pas précisé, si elle vient avant ou après l’allocation de rentrée scolaire. Sachant que cette dernière sera versée auprès de trois millions de ménages.

À combien s’élèvera cette aide ?

Si nos confrères de TF1 prédisent que le montant de cette aide sera compris entre 100 € et 150 €. Nous n’avons encore reçu aucune précision de la part du gouvernement. Au terme du conseil des ministres qui a eu lieu le mercredi 8 juin 2022, la porte-parole du gouvernement, Olivia Grégoire, s’est néanmoins exprimée sur le sujet.

« À cette heure, je n’ai pas le montant. Ce montant, comme l’ont dit les ministres, tiendra compte du nombre de personnes dans le foyer », a rappelé Olivia Grégoire.

Quelles seront les formalités nécessaires pour en bénéficier ?

Cette indemnité alimentaire d’urgence sera directement versée sur les comptes bancaires des bénéficiaires. Cela induit qu’il n’y aura vraisemblablement aucune démarche particulière à effectuer pour le percevoir. Dans ce cas de figure, il est assez évident qu’il n’y aura pas de contrôle spécifique sur l’utilisation de la somme versée.

Les bénéficiaires de l’indemnité alimentaire d’urgence pourront donc l’utiliser pour acquérir des produits d’autres natures. Jusqu’ici, rien n’a été annoncé en ce qui concerne une obligation d’utiliser cette somme pour acheter des produits d’alimentation. Même si la porte-parole du gouvernement a assuré que les sommes qui seront versées devraient « permettre aux Français qui ont des difficultés de continuer à acheter leurs courses ».

La réaction de la Banque Centrale Européenne face à l’inflation

D’après une étude menée par l’assureur crédit Allianz Trade, le coût de l’alimentation pourrait s’envoler en 2022. Et France, cela pourrait bien dépasser les 200 € par personne ! Face à l’inflation galopante, la Banque Centrale Européenne a annoncé un resserrement de sa politique monétaire.

« L’inflation s’est élevée à 8,1 % en mai 2022, sur un an, au sein des pays de la zone euro. L’objectif de la BCE était initialement fixé à 2 %. La Banque centrale européenne a relevé ses prévisions d’inflation jusqu’en 2024 : 6,8 % en 2022, 3,5 % en 2023 et à 2,1 % en 2024 », indique la présidente de la BCE, Christine Lagarde.

Dans les faits, l’institution monétaire a pris la décision d’arrêter les achats nets d’actifs. En parallèle de cette mesure, la Banque centrale européenne a aussi prévu d’augmenter ses taux directeurs.