Retraites : Elles seront revalorisées exceptionnellement en juillet, toutes les infos ici

Alors que l'inflation ne cesse de faire réduire le pouvoir d'achat des français, les retraités toucheront des pensions augmentées de 4% dès cet été, annonce le gouvernement.

Source : Capture TF1

Un chiffre enfin officialisé par Elisabeth Borne

C’est le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, qui a parlé de cette hausse de 4% il y a quelques semaines. Pour estimer cette hausse, les calculs se sont basés sur l’inflation moyenne des six derniers mois. Cette dernière est plus avantageuse (pour l’augmentation) que la moyenne des douze derniers mois, tout simplement car l’inflation connaît un bond spectaculaire depuis le mois de février dernier. Il est donc plus juste de faire ce calcul en se basant sur les six derniers mois.

Ainsi, en avril dernier, le ministre de l’économie évoque une revalorisation de 4% qui prend en compte la projection de l’inflation de l’Insee pour le mois de mai de 5.2%. En revanche, elle ne prend pas en compte celle du mois de juin, qui devrait atteindre les 5.4%, toujours selon l’Insee. Les chiffres officiels seront obtenus trop tard pour une indexation au 1er juillet 2022, c’est pour cette raison que le mois de juin n’est pas retenu dans le calcul.

Aujourd’hui, cette annonce est désormais officielle. C’est la première ministre Elisabeth Borne qui l’a clairement expliqué : « Je vous confirme que pour toutes les retraites, il y aura bien en juillet une revalorisation de 4%, donc au global cela fera un peu plus de 5%« .

Une augmentation visible sur le compte en banque dès le 9 août

Il y a quelques semaines également, au micro de RTL, Olivier Dussopt (le ministre du Travail), indiquait qu’il souhaitait que « cette indexation sur l’inflation soit valable pour les retraites du mois de juillet ». « Dans le cadre du régime général, la retraite du mois de juillet est versée le 9 août. C’est notre objectif que l’indexation entre en vigueur à cette date« .

Bonne nouvelle, cette date a également été officialisée par la première ministre. Puisque les pensions de retraite pour le mois de juillet sont versées le 9 août, c’est à cette date que les retraités verront cette augmentation.

Attention, cette augmentation concerne uniquement la retraite de base. Les retraites complémentaires ne sont pas du ressort de l’État. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par MAGLEB LTD © (@maglebanon)

Les élections législatives peuvent tout changer

Si le gouvernement d’Emmanuel Macron veut aller vite, deux dates doivent d’abord être passées : le 12 juin et le 19 juin. Après les présidentielles, les français retournent dans l’isoloir pour voter à l’occasion des élections législatives. Ces élections sont déterminantes puisqu’elles mettent en évidence le parti qui a la majorité à l’Assemblée. Généralement, c’est le parti du président qui a le plus de sièges, ce qui rend les projets bien plus faciles à mener.

Mais depuis plusieurs semaines, Jean-Luc Mélenchon fait campagne pour être premier ministre. Comment cela est-ce possible ? Elisabeth Borne vient tout juste d’être nommée. Certes, Emmanuel Macron a choisi sa nouvelle première ministre, mais cette dernière est sur un siège éjectable. En effet, si le parti du président n’est pas majoritaire à l’Assemblée, on parle alors de cohabitation.

Emmanuel Macron sera alors dans l’obligation de nommer un membre du parti gagnant. Alors, la NUPES (Nouvelle Union populaire, écologique et sociale) compte sur les électeurs pour remporter le plus de sièges possibles, surtout après le beau score obtenu par Jean-Luc Mélenchon aux élections présidentielles. La gauche comprend, un peu tard, qu’en s’unissant, les chances de gagner sont meilleures.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Politicly.fr (@politiclyfr)

En revanche, rien n’oblige Emmanuel Macron à nommer Jean-Luc Mélenchon, si jamais la NUPES arrive en tête. Ce dernier fait campagne, mais le dernier mot revient au président. Il peut choisir n’importe quelle personne du parti et n’a pas l’obligation de nommer comme premier ministre le leader. 

C’est le parti de Marine Le Pen, le Rassemblement National, qui semble mal embarqué dans ces élections. La leader du parti est curieusement bien peu présente dans les médias, pendant que les candidats aux élections ne cessent de faire le buzz sur les réseaux… pour les mauvaises raisons. En n’arrivant pas à répondre à des questions pourtant simples pour quiconque prépare ses interventions et lit le programme, ils sont moqués sur Twitter et font perdre des points au parti qui est arrivé deuxième aux élections présidentielles.