Ariane Séguillon : Ce gros déclic « terrible » qui l’a poussée totalement à maigrir….

Nos confrères de Purepeople se sont entretenus avec la comédienne qui vient tout juste de sortir un livre, intitulé La Grosse. Elle revient avec eux sur son parcours de vie.

Source : Capture Instagram

Auriane Séguillon a perdu du poids grâce à une intervention chirurgicale

Le titre du livre donne le ton, avant même que la lecture ne commence. Pour Auriane Séguillon, si le titre du livre est brutal, c’est tout simplement car « c’est brutal de se faire traiter de grosse ou de gros toute la journée, toutes ces phrases qui ressortent sans cesse ! Je voulais quelque chose qui image cette grossophobie qu’on peut vivre au quotidien. Je n’ai eu aucune hésitation ».

Si Ariane Séguillon a réussi à perdre du poids, c’est grâce à un procédé chirurgical qu’on appelle la « sleeve » (manche en français). Cette opération consiste à réduire le volume de l’estomac. Le sujet peut donc moins manger puisqu’il a l’estomac qui se remplit beaucoup plus vite. L’actrice n’en a pas parlé publiquement. Elle apporte une raison à cette absence de communication au sujet de la sleeve :

Si elle a refusé d’en parler, c’est parce qu’elle considère que ce n’est pas cette opération qui guérit : « Il y a énormément de gens qui font des sleeves et qui ne maigrissent pas, ou qui reprennent tout. Je refusais d’être la porte-parole d’un système qui peut ne pas fonctionner. Avec les boulimiques en tout cas, puisque la sleeve ne marche pas sur eux s’ils ne sont pas soignés avant. L’estomac est réduit mais on peut manger en petite quantité toute la journée. Et si on est boulimique, et qu’on continue comme ça… on ne maigrit pas« .

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Ariane Seguillon (@ariane_seguillon)

Les événements qui ont poussé Ariane Séguillon a changé de vie

L’obésité est une maladie et, aujourd’hui, près d’un français sur deux est en surpoids. C’est le mal du siècle. Le quotidien des personnes obèses ou en surpoids n’est pas simple car leur morphologie ne peut pas s’adapter à toutes les situations. Un épisode en particulier marque la comédienne, le jour où une chaise sur laquelle elle s’assoit se casse :

« J’étais au plus haut, je faisais 110 ou 111 kg, c’était la fin d’un tournage, j’étais à côté de la régie et je me suis assise sur une chaise. Elle était assez fine et elle s’est cassée sous moi. Est-ce qu’elle se serait cassée sous quelqu’un d’autre ? Peut-être. Mais quand on est obèse, on se dit que c’est à cause de ça. Ce qu’il y a de fou c’est que tous ces accidents de vie font que vous mangez encore plus« .

Si Ariane Séguillon décide de s’en sortir, c’est grâce à son fils, et grâce à son frère. Il lui dit la phase qui lui fallait, celle qui lui donne la force d’entamer ce dur combat contre la boulimie. Combat qu’elle finit par gagner, même si elle sait qu’elle devra le mener toute sa vie :

« Ce qui m’a donné envie de guérir de ma boulimie, c’est vraiment pour mon fils Dorian. Et pour mon frère, qui m’a dit cette phrase magnifique quand il était en soins palliatifs : « Profite de ce souffle qui va me manquer, la vie est si belle« . Je n’avais plus le droit. Ma boulimie était un suicide lent… »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Ariane Seguillon (@ariane_seguillon)

Plus de huit millions d’adultes sont obèses en France

C’est le terrible constat fait le 30 juin 2021 par La Ligue contre l’obésité. Les résultats d’une enquête nationale sont publiés et sont effrayants : environ 8.5 millions d’adultes en France (17%) ont un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 30. Au-delà de ce chiffre, on parle alors d’obésité. En 2012, 15% des adultes étaient au-dessus des 30.

Plus généralement, 47% des français sont en surpoids. Cela n’a pas été arrangé par le confinement. Les Français ont fait moins d’activité physique, ont mangé plus, par ennui, par anxiété, par gourmandise. Résultat des courses, ils ont pris en moyenne près de deux kilos pendant les cinq semaines de confinement. Et cela n’est pas anodin. Si deux tiers des Français déclarent avoir mangé plus de plats faits maison pendant le confinement, cette prise de poids inquiète. D’autant plus que les habitudes de grignotage prises se poursuivent après la fin du confinement et des mesures liées au covid-19.

Ce témoignage, disponible à cette adresse sur le site Purepeople, rappelle donc qu’il est toujours possible de changer de vie, de dire adieu à ses addictions pour avoir un corps en bonne santé.