Plusieurs personnes piquées avec des seringues à l’enregistrement de La Chanson de l’année, animée par Nikos

L’enregistrement de l’émission « La chanson de l’année » 2022 crée une controverse suite à quelques incidents qui se sont déroulés lors de l’événement.

Source : Capture Facebook

Le 3 juin 2022, les grands artistes français du moment se sont rejoints à Toulouse pour le tournage de l’émission « La chanson de l’année » édition 2022. L’émission a été présentée par Nikos Aliagas. Elle a été diffusée le lendemain, samedi 4 juin sur TF1. Des artistes comme Angèle, Aya Nakamura, Kenji Girac, Tayc et bien d’autres, on fait le tour de la scène.

C’est l’ancien candidat de The Voice qui a remporté le titre, et ce, pour la troisième fois. Avec la chanson Rétine de l’album Ressources sorti en 2020, Amir gagne de nouveau « La chanson de l’année ». Un moment fort pour Amir qui performait sur scène avec sa femme enceinte.

« La chanson de l’année » 2022 : les mesures de sécurité

L’entrée au spectacle qui s’était déroulé à la plage était gratuite. Plus de 15 000 mille personnes y ont assisté. Très vite, ce grand spectacle a viré au fiasco au point d’en arriver à une évacuation. Et cela, avant d’arriver à la moitié de l’événement.

Quelque temps avant le début de l’enregistrement, des messages d’alertes circulaient déjà sur les réseaux sociaux. Les messages parlaient d’un risque d’attaques à la seringue. Ce genre de cas était déjà assez courant dans les boîtes de nuits ou d’autres salles où la foule était au rendez-vous. Les autorités étaient déjà inquiètes, car ces piqûres provoqueraient des pertes de mémoire ainsi que de la nausée ou des vertiges sur la victime.

Le journal Var-Matin avait assuré qu’il s’agissait juste de « rumeurs infondées. » Le journal a même évoqué que les autorités sur place avaient déjà établi une stratégie pour gérer la sécurité. « Les engins pyrotechniques, les drapeaux, les boissons alcoolisées, les objets en verre, les animaux, les casques, les vélos, les trottinettes et tout ce qui s’apparente à une arme ou à un projectile » étaient interdits sur le devant de la scène.

Une vague de mécontentements sur les réseaux sociaux

Malgré le dispositif de sécurité mis en place, les personnes qui ont assisté au concert ont affirmé que plusieurs incidents se sont quand même produits. En résumé, les conflits et le désordre régnaient lors de cette soirée. Les spectateurs ont partagé ce qu’ils ont vécu sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter.

« Piqûres, bagarres, foule à qui on refuse l’entrée… Tout le monde sort et quitte le concert au bout d’à peine une heure, un fiasco total » disait un Tweet.

Alors que d’autres disaient :

« Des gars avec des seringues se sont mis à piquer beaucoup de personnes qui ont fait des malaises après cela », « C’était du n’importe quoi, la sécurité n’a pas bien fait son travail. Il y a eu plein de piqûres et plein de filles s’évanouissaient. », « Une horreur, nous étions dans la foule au début avec des copines, nous avons fini par partir au moment où des filles ont commencé à tomber de partout »

Certains se sont plaints qu’il y avait trop de spectateurs en plus.

BFM TOULON VAR revient sur le spectacle

Le lendemain matin, le procureur de la république de Toulon, Samuel Finielz a signalé le cas de quatorze personnes victimes de piqûres qui ont porté plainte. Parmi elles, un agent de sécurité a même été hospitalisé. Le samedi soir, dans un communiqué de la métropole, il a été souligné que la majeure partie des spectateurs étaient restés jusqu’au bout de la soirée et ont passé une « excellente soirée ».

Pour les portes plaintes de piqûres, aucune « substance nocive n’aurait été administrée à quiconque ». Et 10 d’entre les 14 n’étaient que de suspicions de piqûre « pas formellement établies ». Le communiqué avait également évoqué le phénomène de malaise qui était fréquent en soulignant que c’était courant dans tous les concerts en air si la personne était déshydratée ou autre facteur.

« Toutes les victimes ont été immédiatement prises en charge par les services de secours présents sur place » affirma la ville dans le message.

Heureusement pour ceux qui ont sagement attendu la diffusion à la télé. Ils n’ont pas eu à vivre un tel drame.