Jusqu’à 6000 euros d’aide avec la prime Macron 2022, découvrez si vous pouvez encore la toucher…

La prime Macron est attendue en cette période où le pouvoir d’achat des Français ne cesse de baisser, mais que peut-on en attendre ?

Source : Capture Facebook

Annoncée en 2019 en pleine crise des Gilets jaunes, cette prime devrait bientôt être remise au goût du jour. La prime exceptionnelle de pouvoir d’achat (PEPA) est coup de pouce destiné à intégrer le nouveau projet de loi sur le pouvoir d’achat. Cette nouvelle mesure devrait d’ailleurs être votée après les prochaines élections législatives. D’après le calendrier initié par le gouvernement, cela devrait avoir lieu à la fin du mois de juin.

Une mesure incluse dans la loi sur le pouvoir d’achat

En plus de la réévaluation du SMIC, la prime Macron concerne de nombreux salariés. Ladite prime sera perçue par les salariés qui ont gagné moins de trois fois le SMIC durant l’année qui précède le versement. En d’autres termes, cela concerne ceux qui ont gagné moins de 4 768,41 €, au lieu de 4 631,74 € auparavant.

La prime Macron a été promise en 2019 en réponse à la crise des Gilets jaunes. C’est une aide versée par les entreprises sur la base du volontariat. Le dispositif jouit d’une exonération fiscale et de cotisations sociales. Cette mesure a été mise en place pour encourager les employeurs à verser des primes aux salariés afin d’améliorer le niveau de leur pouvoir d’achat.

À partir de cet été, cette prime se verra être triplée. Ainsi, elle pourra atteindre les 3000 €. Dans certains cas, elle pourrait même passer de 2 000 € à 6 000 €. En effet, si l’entreprise compte moins de 50 personnes dans son effectif et qu’il a signé un accord d’intéressement, cela devrait devenir très intéressant pour les salariés.

Une décision prise lors du conseil des ministres du 23 mai

La prime exceptionnelle de pouvoir d’achat (PEPA) sera mise en place si le parti du président obtient la majorité parlementaire lors des prochaines élections législatives. Le 23 mai 2022, lors du conseil du gouvernement, le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire et la porte-parole du gouvernement, Olivia Grégoire, ont promis que la prime Macron sera pérennisée et triplée.

Le dispositif est censé séduire les employeurs au vu des avantages fiscaux qu’ils en tirent. Toutefois, cet avantage fiscal pose un problème puisque cela représente un manque à gagner pour le système social. En effet, l’argent qui va être mis dans ce dispositif n’ira pas dans les assurances chômage ou les retraites. Alors que ces derniers dépendent des cotisations.

Au vu de cela, des syndicats tels que la confédération générale du travail (CGT) s’insurgent contre cette mesure qu’ils qualifient « d’écran de fumée ». Selon le syndicat, le fait d’augmenter cette prime à 6000 € par an n’est rien d’autre qu’une fausse bonne idée.

Une mesure exceptionnelle

Une prime est destinée à aider de manière provisoire. Même si les membres du gouvernement affichent leur fierté face à cette mesure, cela ne vaudra jamais autant qu’une augmentation réelle du salaire. C’est pour cela que les syndicats préféreraient voir une réévaluation du SMIC plutôt que ce type de mesure.

« Les primes mettent du beurre dans les épinards, mais elles sont bien souvent dépensées tout de suite. Or l’année fait douze mois ! La meilleure façon, c’est d’augmenter les salaires », confie Philippe Martinez insiste, le secrétaire général de la CGT.

La prime Macron a été annoncée en 2018, lorsque la crise des Gilets jaunes battait son plein, le Président a essayé de calmer la colère de la rue. Selon les chiffres officiels, il y aurait près de quatre millions d’employés sur 25 millions qui ont bénéficié de ce dispositif. Ces derniers ont reçu en moyenne 500 €. Pour l’instant, les cas où l’on atteint les plafonds de 1000 € et 2000 € sont assez rares.

Avant de conclure, rappelons que l’augmentation de cette prime dépend des législatives. Le premier tour aura lieu le 12 juin prochain. Quant au second tour, cela se passera la semaine suivante, le dimanche 19 juin 2022. Les enjeux sont de taille, si le parti de la coalition présidentielle « Ensemble ! » l’emporte, les salariés auront droit à une augmentation de la prime Macron.

Quant à Jean-Luc Mélenchon, il promet de porter le SMIC à 1 500 € si jamais la Nupes l’emporte et qu’il soit nommé à Matignon. À chacun de voter pour la solution qui le séduit ou qui lui paraît réaliste.