Retraites : Revalorisation cet été, le gouvernement dévoile ce qui attend les Français

Pour faire face à l'inflation, les pensions de retraite seront augmentées dès le mois de juillet. On vous explique ce que le gouvernement prévoit pour aider les français en cette période de crise historique.

Source : AFP

Une hausse pour lutter contre l’inflation

Vous l’avez remarqué, vous le vivez : les prix ne cessent d’augmenter depuis quelques mois. Les chiffres sont tombés, l’inflation pour le mois de mai est annoncée à +5.2%. C’est une conséquence directe et immédiate de la guerre en Ukraine. Suite à l’invasion de l’armée russe, des sanctions ont été prises par les pays du monde contre le pays de Vladimir Poutine. Résultat des courses, les prix augmentent puisque de nombreuses matières premières viennent de Russie.

Tout commence donc avec les carburants, qui augmentent énormément, à plus de deux euros le litre. Mais cela touche désormais toute la société, avec de grosses hausses sur les produits alimentaires. Le français moyen se trouve impacté. Le gouvernement doit agir. La hausse des retraites va donc être mise en place pour aller dans le sens de l’inflation. 

4% de hausse pour les retraites

​​Pour estimer la hausse nécessaire, les calculs se basent sur l’inflation moyenne des six derniers mois, plus avantageuse (pour l’augmentation) que la moyenne des douze derniers mois (du fait du bond de l’inflation en février). Ainsi, en avril dernier, le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, parle d’une revalorisation qui devrait atteindre 4%. Cette revalorisation prend en compte la projection d’inflation actuelle de l’Insee pour mai, à 5.2%. Cependant, l’inflation de juin, qui pourrait atteindre les 5.4% (toujours selon l’Insee), ne serait pas retenue, car les chiffres définitifs parviennent trop tard pour une indexation au 1er juillet 2022.

Des changements devraient être faits à l’avenir dans le manière de gérer les retraites en fonction de l’inflation. C’est du moins ce qu’indiquait, toujours en avril, Bruno Le Maire. Il souhaite une révision des règles actuelles de revalorisation des retraites, afin que ces dernières soient indexées  « de manière plus juste et plus protectrice« .

Mais à l’heure actuelle, il est conscient de l’urgence de la situation, comme il l’explique sur France Info : « Tout coûte plus cher et vos revenus sont les mêmes. Parce que vous êtes retraité. C’est angoissant. Et je connais beaucoup de retraités qui ont le sentiment d’être pris à la gorge par l’inflation. Donc nous leur disons: en juillet prochain, on ajuste vos pensions de retraite sur le niveau de l’inflation. C’est une mesure d’urgence, une mesure de justice. »

Une revalorisation dès l’été 2022 ?

C’était la promesse d’Emmanuel Macron, et ce dernier compte bien commencer son nouveau mandat sur les chapeaux de roue. « Dès après les législatives, (…) l’Assemblée nationale et le Sénat seront saisis d’un texte sur le pouvoir d’achat, qui permettra d’indexer les pensions de retraite du régime général ». Emmanuel Macron est obligé d’attendre les élections législatives car ces dernières peuvent tout changer. On sait que Jean-Luc Mélenchon a l’espoir de voir son parti, la France Insoumise, être majoritaire à l’Assemblée Nationale. Cela pourrait faire de lui le nouveau premier ministre. La place d’Elisabeth Borne, fraîchement nommée à ce poste, est donc précaire pour le moment.

Malgré les législatives, Olivier Dussopt, l’actuel ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion en France souhaite que « cette indexation sur l’inflation soit valable pour les retraites du mois de juillet. Dans le cadre du régime général, la retraite du mois de juillet est versée le 9 août« . Pour donner un exemple concret, en tenant compte « de l’inflation à 4% pour une pension à 1 200 euros, c’est un gain de 45 euros par mois« . 

La réforme des retraites est toujours prévue

En parallèle de cela, le gouvernement réfléchit encore au calendrier pour réformer le système actuel des retraites, celui qui fait tant débat depuis des mois dans la société. Le Ministre du travail indique que « le calendrier est encore en construction ».

« Nous inscrirons le calendrier de cette réforme et de la concertation dans le plan d’action du gouvernement. Le président de la République nous a donné un mois pour l’élaborer ». « Je pense que nous pouvons commencer cela (la concertation sur une réforme) au mois de septembre, au mois d’octobre. Il faut commencer par de la concertation et du dialogue. Dès aujourd’hui je commence à rencontrer les partenaires sociaux« .