Pouvoir d’achat : la SPA juge la situation critique, ces terribles conséquences de l’inflation pour les animaux

L'été rime généralement (et désespérément) avec abandons d'animaux. Mais cette année, les abandons explosent au mois de mai. De quoi inquiéter la SPA qui ne peut accueillir tous les animaux.

Pixabay

Les animaux : le dommage collatéral de la hausse des prix

Depuis des semaines, la hausse des prix, la baisse du pouvoir d’achat qui s’ensuit, et l’inflation, sont des thèmes récurrents dans les médias. Relativement peu abordés par les candidats à l’occasion des élections présidentielles, ce sont pourtant les sujets qui préoccupent le plus les Français. Et pour cause, la hausse des prix se fait ressentir par tout le monde, mais touche logiquement plus les personnes les plus pauvres.

La SPA vient aujourd’hui alerter sur la conséquence de cette inflation : la hausse des abandons d’animaux. Ninon Rueff, la responsable du refuge SPA de Plaisir a fait savoir tout son désespoir à France Info :

« Les personnes vont me dire qu’elles n’ont pas les moyens de subvenir aux besoins de leur animal, soit pour des frais vétérinaires ponctuels […], soit à cause d’un changement de situation, comme une perte d’emploi ».

Il s’agit, en outre, d’un problème national qui ne concerne pas seulement un centre en France. La directrice de la SPA de Montpellier juge que la situation est actuellement dramatique :« Nous devons refuser des abandons. C’est une situation qu’on connaît d’habitude en juillet ». Elle estime que le confinement n’a pas aidé, non plus.

Des journées portes ouvertes pour sensibiliser

La SPA prépare, comme chaque année, des journées portes ouvertes. Le but est simple : faire adopter le plus d’animaux possibles, et sensibiliser les français à la cause animale en faisant de la prévention. Non, il ne faut pas adopter un animal si sa situation personnelle et / ou professionnelle est précaire. De la même manière qu’on ne devient pas parents quand on n’a pas les moyens financiers de le devenir, on n’adopte pas un chien ou un chat dans les mêmes circonstances.

Les animaux peuvent potentiellement coûter cher, demandent du temps, de l’attention, de l’amour. Ils ont des besoins auxquels il faut répondre. Avant d’adopter, il faut comprendre que sa vie change avec un animal. 

Les agents de la SPA sont évidemment ravis de voir des animaux être adoptés, mais ils veulent être certains qu’ils ne seront pas ramenés quelques jours plus tard. Il est important que les français prennent leurs responsabilités et cessent de considérer les animaux comme des jouets ou des peluches qu’on peut jeter n’importe quand. Les animaux ont des émotions et il est cruel de jouer avec eux de la sorte. Le problème est, en outre, très simple : il y aurait moins d’abandons s’il y avait moins de personnes qui adoptaient sans être sûres.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par +Cotas Spa🐾 (@mascotas_spa)

Qui sont les français les plus touchés par la hausse des prix ?

L’inflation ne fait pas de différence entre les riches et les pauvres. Tout le monde est touché. Mais cette inflation a plus d’impact pour les seconds que pour les premiers, capables de mieux s’en sortir grâce à leur salaire plus important.

En règle générale, deux familles sur trois se sont préparées à perdre en pouvoir d’achat dans les mois à venir, plus encore qu’aujourd’hui. Les plus touchés par cette inflation sont notamment les familles monoparentales. Elles sont 78% à déclarer avoir vu fondre leur train de vie ces dernières semaines. Un constat fait également par trois ouvriers sur quatre, tandis que ce sont les jeunes actifs, ceux entre 25 et 34 ans, qui sont le plus bouleversés. Et certains cumulent ces trois profils.

Conscient des difficultés de certains ménages, l’État prépare des aides pour limiter au maximum les conséquences de l’inflation sur le pouvoir d’achat. Par exemple, le bouclier mis en place par le gouvernement de Jean Castex qui limite la hausse des prix du gaz et de l’électricité se poursuit jusqu’en décembre. Cependant, tous les automobilistes n’auront bientôt plus droit à la ristourne de 15 à 18 centimes à la pompe au moment de faire le plein. Dès le mois de juillet, elle sera remplacée par une aide qui se veut plus juste puisqu’elle concerne uniquement ceux qui roulent le plus.

Enfin, un chèque d’un montant de 60 euros est prévu pour cet été. Il sera envoyé à tous les ménages les plus touchés par l’inflation afin de les aider à payer leurs courses ou autres dépenses de la vie courante. Une sorte de nouveau chèque énergie, en somme.