Estelle Mouzin : aveux glaçants de Michel Fourniret qui dit avoir “bien joué”

Michel Fourniret est décédé le 15 mai 2021, laissant derrière lui un cortège macabre de victimes dont Estelle Mouzin.

Source : Capture d’écran Facebook

Presque deux décennies après la disparition de la petite fille, son corps n’a toujours pas été retrouvé. Malgré tout, son père ne désespère pas. D’ailleurs, aux dernières nouvelles, de nouvelles fouilles vont être lancées.

Rappel des faits dans l’affaire Estelle Mouzin

Depuis plusieurs années, l’affaire Estelle Mouzin continue d’alimenter les rubriques faits divers. Elle remonte au 9 janvier 2003, après que la petite fille a disparu en rentrant de son école qui se trouve à quelques mètres de sa maison, à Guermantes (Seine-et-Marne).

Peu de temps après la disparition de l’écolière, les enquêteurs ont mis la main sur un suspect. Il s’agit notamment de Michel Fourniret, arrêté la même année en Belgique pour avoir tenté d’enlever une autre petite fille.

Déjà Reconnu coupable du meurtre de 9 autres jeunes filles, commis entre 1987 et 2001, le célèbre tueur en série va nier pendant longtemps toute implication dans la disparition d’Estelle. D’ailleurs, il disposait d’un alibi. En effet, le soir des faits, sa femme affirmait qu’il était chez eux.

« C’était bien moi »

Seulement voilà, le 5 mars 2020, devant Sandrine Khéris, la juge d’instruction chargée du dossier, coup de théâtre, il avouera son crime :

« C’est bien moi, mais vous ne la retrouverez jamais. Je ne sais plus. Vous trouverez peut-être, mais ma mémoire est malade (…) J’aimais bien les bords de Marne, il y avait de jolies maisons sur les berges et les petites filles qui sortaient de l’école. Je les regardais (…) J’étais en chasse (…) Oui, celle-là, c’est moi. J’ai bien joué (…) »

Hélas, malgré les aveux du pédocriminel, dont Estelle Mouzin était le « profil type » selon les confidences de son ex-épouse et complice Monique Olivier, le corps de la petite n’a toujours pas été retrouvé. À noter que depuis le début de cette affaire, de nombreuses fouilles ont été menées, mais en vain. Néanmoins, les enquêteurs ne baissent pas les bras.

Un brin d’espoir

Le 17 mars 2022, Maître Didier Serbin, l’avocat du père d’Estelle Mouzin, était invité sur Europe 1. Lors de son passage à la radio, il a annoncé que de nouvelles fouilles vont prochainement voir le jour pour essayer de retrouver la dépouille de la petite fille. Selon ses dires, normalement, elles devraient avoir lieu juste après l’été ou dans les mois qui viennent.

« On ne désespère pas », a-t-il également ajouté.

À noter que cette fois, les enquêteurs vont avoir recours à de nouvelles technologies qui permettront d’identifier les mouvements de terrain. Aussi et surtout, ces nouvelles technologies vont permettre d’identifier l’endroit exact où se trouve le corps de l’écolière. Au cas où elles échoueraient, les enquêteurs pourront toujours continuer les recherches grâce aux témoignages de Monique Olivier, le dernier témoin des supplices vécues par la petite Estelle et des autres victimes.

La clé du mystère

Suite à la disparition de son ex-mari, Monique Olivier est dorénavant la seule qui peut faire bâcler une bonne fois pour toutes le dossier concernant la disparition d’Estelle Mouzin. Pour rappel, reconnue coupable de complicité dans tous les meurtres commis par Michel Fourniret, elle est également condamnée à perpétuité.

Selon les propos de Maître Didier Serbin, cette dernière affirme avoir participé à l’enterrement de la petite fille ; ce qu’elle a nié pendant deux ans. Toutefois, malgré les aveux de la femme, l’avocat du père d’Estelle reste méfiant. Ajoutant :

« Sa perversité fait qu’elle joue encore avec les enquêteurs, les magistrats, avec tout le monde »

Par conséquent, ils comptent encore la réinterroger.

Un couple de prédateurs

À 79 ans, Michel Fourniret s’en est allé, emportant dans sa tombe l’espoir de plusieurs familles de retrouver un jour la dépouille de leurs proches. Pour information, avant de rencontrer Monique, l’ogre des Ardennes avait divorcé deux fois. Ils sont rentrés en contact pendant qu’il était en prison pour une dizaine d’agressions et viols sur mineurs.

À sa sortie du bagne, il s’installe avec elle dans l’Yonne. Commence alors une longue série de viol et de meurtres. Leur première victime fut Isabelle Laville. Une adolescente de 17 ans que Michel, sous la complicité de Monique, avait enlevée et tuée près d’Auxerre.

Ensemble, le duo invente tout un scénario pour chasser des jeunes filles, de préférences vierges. Leur crime prendra fin qu’après l’arrestation de Michel Fourniret en 2003. Et jusqu’à présent, nombreux d’entre eux n’ont pas encore été élucidés.