Alerte info : Méfiez-vous de cette nouvelle arnaque à la baguette qui sévit chez les boulangers !

Une nouvelle arnaque circule au sein des boulangers et pâtissiers ardéchois. Méfiez-vous si vous êtes dans le métier.

Sergio Arze / Unsplash

Arnaque boulangers : D’après People Act Magazine, tout commence par un coup de fil qui vous propose une commande conséquente sur un contrat durant une année. Les malfaiteurs tenteront de vous faire croire qu’ils voudraient vous acheter des milliers de baguettes dans le cadre d’un juteux marché public. De nombreux boulangers ont signalé cette pratique frauduleuse qui sévit depuis plusieurs mois. On vous dit tout.

People Act Magazine a enquêté sur cette affaire en recueillant les témoignages d’un artisan qui en a été victime. Les malfaiteurs lui auraient demandé de produire une certaine quantité de baguettes par jour en lui promettant de venir les chercher par la suite pour les livrer.

3 900 € de frais administratifs

Avant de finaliser le contrat, la personne au bout du fil aurait demandé au boulanger de s’acquitter d’une somme de 3 900 € en guise de frais administratifs. Les malfaiteurs promettent que ces frais de dossiers et de préparation seront remboursés sous forme de chèque bancaire certifié à déposer à la banque.

L’étau se ferme autour des boulangers dès qu’ils consentent à envoyer le chèque. Les victimes s’aperçoivent tardivement de l’inexistence de la centrale d’achat. Les frais conséquents payés par les boulangers seront à ce moment-là déjà empochés par les malfaiteurs. Le chèque envoyé en retour par les arnaqueurs est bien évidemment faux.

Capture d’écran Instagram

Selon Christian Martin, vice-président de la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française (CNBPF), un boulanger ardéchois s’est fait avoir après s’être proposé ce marché. Il aurait même investi 5 000 € de matériel en espérant voir son entreprise se développer. Il a dû porter plainte auprès des instances compétentes.

Arnaques au transfert d’argent : des techniques farfelues

Entre le piratage informatique, l’usurpation d’identité en passant par la manipulation mentale, les malfaiteurs redoublent d’imagination lorsqu’il s’agit d’arnaquer les gens.

Selon Jean-Jacques Latour, responsable de l’expertise du système cybermalveillance.gouv.fr, les organisations criminelles ont profité de la crise sanitaire et des nouvelles technologies pour établir de nouvelles formes d’escroqueries.

Un nouveau phénomène a d’ailleurs été découvert par le FBI depuis le printemps dernier. Celle-ci s’appuie sur un logiciel appelé deepvoice. Cet outil leur permet de feindre la voix d’une personnalité dirigeant d’une entreprise ou d’un employé.

Cela leur permettra ensuite de soutirer l’argent de la société en demandant à un employé d’effectuer un virement bancaire en toute urgence. Ce type d’arnaque a déjà fait de nombreuses victimes et les pertes sont astronomiques pour cette arnaque boulangers

Les méthodes utilisées dans les arnaques au transfert d’argent

Les services de criminalité financière de la police judiciaire n’ont pas le temps de souffler, que ce soit aux États-Unis ou en France. Les escrocs ne manquent pas d’imaginations lorsqu’il s’agit d’inventer une nouvelle manière de soutirer l’argent des gens.

Capture d’écran Instagram

Cela va du piratage informatique aux escroqueries au faux ordre de virement (FOVI), jusqu’à la manipulation mentale ! Selon les données de la police judiciaire française, le préjudice au sein des entreprises et les collectivités s’élèvent à plus de 114 millions d’euros en 2021 alors qu’il était de 89 millions d’euros en 2019.

Les chiffres ne cessent de monter depuis 2017. La pandémie de la COVID-19 n’a pas freiné les escrocs. Loin de là, ils se sont même très bien adaptés avec la démocratisation du télétravail. Cette nouvelle façon de travailler a même profité à beaucoup d’arnaqueurs, selon Ricolfis, directeur adjoint de la lutte contre la délinquance financière.

Arnaques aux faux transferts d’argent : qui sont les responsables ?

Il n’y a pas que les particuliers qui sont victimes d’arnaques. Nul n’est à l’abri, les escrocs s’attaquent désormais aux PME et aux géants du CAC 40 ! En moyenne, il y aurait cinq entreprises touchées par de la cybermalveillance, par semaines.

Les cybercriminels recueillent des informations sur les entreprises à travers les réseaux sociaux. Ils ciblent les salariés et enquêtent sur ces derniers. Thomas de Ricolfis, directeur adjoint de la lutte contre la délinquance financière, explique que les organisations criminelles prennent soin d’étudier leur victime pour connaître la meilleure technique de persuasion à appliquer. Dans le cas de la France, les spécialistes de ce genre de méfaits sont les mafias franco-israéliennes de la criminalité financière.

De ce fait, les gouvernements français et israélien travaillent en accord pour endiguer cette nouvelle forme de criminalité. Une campagne d’information a d’ailleurs été mise en place pour sensibiliser les collectivités et les entreprises des deux pays. Toutefois, il existe des attaques venant de groupes opérant depuis le continent africain.

Arnaque boulangers : Pour éviter les arnaques, demandez toujours une double signature. Lorsqu’on vous demande de faire un virement, n’oubliez jamais de vérifier l’e-mail et le numéro de téléphone du destinataire.