Cette aide de 300 par mois que la plupart des Français oublient de réclamer

Source : Capture d’écran Facebook

Depuis quelques mois, l’inflation est sur toutes les bouches. Lors de la campagne présidentielle, le pouvoir d’achat était la première préoccupation des Français. Dans ces conditions, il est impensable qu’une aide mensuelle de 300 € passe aussi inaperçue. Nous vous disons ce qu’il en est.

Des milliards d’euros dorment dans les caisses de l’État

En France, l’assistance sociale est un sujet qui divise. En écoutant les candidats de la présidentielle, nous avons pu voir à quel point la caisse d’allocation familiale (CAF) alimentait les débats.

Malgré tout ce que l’on peut en penser, chaque année, dix milliards d’euros d’aides sociales sommeilleraient dans les caisses de l’État faute d’être réclamées. Force est de constater que cette information ne va pas vraiment dans le sens de ceux qui pensent que la France est un pays d’assisté.

Capture d’écran Instagram

Qui sont les bénéficiaires de ces aides ? Pourquoi ne les réclament-ils pas ? Autant de questions qui demeurent sans réponse. Il se peut qu’ils ne soient pas assez informés. D’autres ne veulent tout simplement pas s’embarrasser de la paperasse. Il y a aussi ceux qui refusent par principe. Sachez que les aides sociales couvrent un nombre important de situations. Ils ne relèvent d’ailleurs pas tous de la caisse d’allocation familiale.

La majeure partie de cet argent non réclamée concerne l’allocation d’éducation enfant handicapé (AEEH) et l’allocation adulte handicapé (AAH). Le taux de non-réclamation de ces types d’aides est de 85 % et 61 %. Alors comment cela se fait-il que des familles qui subissent les affres du handicap se privent d’une aide quand bien même si celle-ci est symbolique ?

Les aides les moins demandées en France

L’aide la moins sollicitée par les Français est le Revenu de Solidarité Active, plus connu sous le nom de RSA. Un fait étonnant vu que ce dispositif est connu de tous. Alors, comment se fait-il qu’il ne soit pas sollicité ? Il n’est pas difficile de l’expliquer, mais les chiffres sont là. Le RSA a un taux de non-recours qui s’élève à 35 %. Cela atteint même les 70 % dans la Vendée et en Haute-Savoie !

D’après les spécialistes de MesAllocs.fr, 37 % des personnes éligibles aux aides au logement ne la sollicitent pas. Les chiffres varient selon les régions. Cette aide est plus sollicitée dans les endroits où cela coûte cher de s’installer. Elle est par contre délaissée dans les localités où les logements sont plus accessibles.

À titre d’exemple, les aides au logement sont peu sollicités dans la Creuse et le Cantal avec près de 50 % de non-recours. Quant aux étudiants, ils sont 72 % à ne pas faire valoir leur droit à leur aide spécifique, car ils sont nombreux à vivre chez leurs parents.

On pourrait expliquer cela par le fait que les personnes habitant dans les zones rurales n’ont pas nécessairement besoin de ce type d’assistance. Ce ne sont néanmoins que des supputations. Ces aides non réclamées s’élèvent à 300 € par mois et par bénéficiaires. 600 000 foyers seraient dans ce cas, selon la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees).

Si vous faites partie des concernés, c’est le moment de vous adresser à la CAF pour réclamer vos dus.

Comment savoir si vous êtes éligible aux aides de la CAF ?

Vous avez des difficultés à boucler vos fins de mois ? Vous n’avez aucun revenu ? Essayez de joindre la caisse d’allocation familiale de votre région. En plus de cela, les formalités ne sont pas aussi nombreuses que cela.

Toutefois, nous vous conseillons de vous rendre sur le site internet de la CAF pour y faire une simulation. L’opération est d’ailleurs gratuite en plus de ne demander que quelques minutes. En effectuant cette simulation, vous verrez si vous êtes éligible aux aides mensuels d’environ 330 € offerts gracieusement par l’État.

Si vous voulez en savoir plus en vous adressant directement à une personne, il suffit de téléphoner à votre CAF locale. Un conseiller se fera un plaisir de vous éclairer, même si vous n’êtes pas encore affilié au service.

Pour éviter toute perte de temps, il serait judicieux d’appeler avant de se rendre dans les locaux. Le temps d’attente s’avère parfois être assez long. Notons que les démarches sont devenues un peu plus longues depuis la crise sanitaire.

Vous n’avez rien à perdre en demandant vos droits à la CAF. Vous pourriez même y gagner quelques euros bienvenus en cette période difficile. Il se pourrait bien que vous fassiez partie de ces milliers de Français éligibles sans le savoir !

Capture d’écran Instagram