Chaque heure, 9 personnes se font violer, soit 206 viols par jour. En France, le nombre de viols serait de 75.000 par an. Des chiffres énormes qui font froid dans le dos, et pourtant encore on retrouve peu de campagnes de sensibilisation à ce sujet.

Des faits qui peuvent arriver à n’importe qui, n’importe où et n’importe quand, c’est le message qu’à voulu faire passer une étudiante américaine Yana Mazurkevich avec sa série It Happens (ça arrive). La photographe a eu cette idée après avoir été choquée par la libération de Brock Turner, étudiant américain condamné à seulement trois mois de prison ferme pour le viol d’une fille.

Yana a donc mis en scène différentes situations de viols possibles où les victimes regardent fixement l’objectif qui glacent littéralement le sang. Des clichés qui permettent de responsabiliser un maximum de personnes et de les sensibiliser sur des faits qui ne sont pas assez évoqués. On se retrouve face à une réalité qu’on ne soupçonnait pas aussi présente dans notre société, et pourtant à travers ces photos, les stéréotypes sont mis de côtés. Ça arrive mais mobilisons-nous pour que ça nous ça n’arrive plus.

photos-percutantes-viol-4photos-percutantes-viol-9photos-percutantes-viol-8photos-percutantes-viol-7photos-percutantes-viol-10photos-percutantes-viol-3photos-percutantes-viol-2photos-percutantes-viol-6photos-percutantes-viol-5