4867008_6_98c1_le-pdg-d-apple-tim-cook-le-30-avril_d15a6428041571bee7869abb57835d67

Le 2 décembre dernier, un attentat à San Bernadino (Californie) fait 14 morts. Sur le corps de l’un des deux terroristes, le FBI retrouve un iPhone 5c (parce qu’ils ont beau être radicalisés et anti-capitalistes, les djihadistes aussi sont des Apple addicts)

Mais voilà, il y a un problème, le FBI n’arrive pas à accéder à certaines données car le portable est protégé par le système d’exploitation iOS 9 qui protège les données de l’utilisateur grâce à une « clef », que même Apple ne peut pas connaître ! Pour rajouter un peu de piment, et parce qu’on est dans le pays de Hollywood, il faut savoir qu’après 10 tentatives infructueuses pour débloquer cette « clef », les données s’effacent automatiquement !

La justice et le FBI demandent donc à Apple de leur fournir une « porte d’accès » pour accéder aux données des iPhone si jamais le drame venait à se reproduire. Mais Tim Cook, le PDG de Apple refuse catégoriquement : « Le FBI nous demande de fabriquer une nouvelle version de notre système d’exploitation afin de contourner des mesures de sécurité importantes. Entre les mauvaises mains, ce logiciel permettrait de débloquer n’importe quel iPhone. Cela reviendrait à créer une porte secrète, et même si le gouvernement promet qu’elle ne serait utilisée que dans ce cas, nous n’en avons aucune garantie. »

Apple a d’ailleurs reçu le soutient de nombreuses personnalités comme Sundar Pichai (Google), Mark Zuckerberg (Facebook) et Edward Snowden qui a déclaré : « Le FBI crée un monde où les citoyens ont besoin d’Apple pour défendre leurs libertés.« 

Combien de temps Apple tiendra t-il face au gouvernement américain ? C’est une situation historique et un grand moment pour la défense des libertés fondamentales comme le droit à la vie privée.