Au vu du nombre de spectateurs qui seront devant le SuperBowl (114,4M en 2015) le 7 février prochain, l’association de défense des animaux PETA avait du beaucoup réfléchir avant de faire sa pub pour le SuperBowl. Jugée trop sexuellement explicite, la campagne a finalement été censurée.

La vice-présidente de PETA, Lisa Lange, n’a pas caché sa déception en déclarant que les téléspectateurs allaient rater un spot “audacieux mais grand public” . Le spot en question partait d’un postulat qu’il fallait oser : “Les végétariens tiennent plus longtemps au lit que les autres hommes“.

Le film comparait un couple vegan, épanoui sexuellement à un couple de carnivores, dont le mari ne parvient pas à dépasser la minute de va-et-vient… Notre régime alimentaire aurait donc une influence sur nos capacités sexuelles ?

On aurait aimé voir ce spot lors de la 50ème édition du SuperBowl, évènement qui voit chaque année fleurir de nouvelles pubs toujours plus décalées : si ils mettent un paquet de fric pour obtenir des espaces publicitaires (4.5 millions de $ pour un spot de 30 secondes), les annonceurs mettent aussi le paquet sur la créativité afin de se démarquer. Outre la finale du championnat de football américain, le SuperBowl est surtout le match de l’année pour les publicitaires.

La PETA prend donc un carton rouge, d’entrée, sanctionnée par des arbitres qui sont sûrement des carnivores vexés…