En matière de publicité, nous ne vous apprenons rien si Apple multiplie les cas d’écoles.

D’année en année, la marque a développé son territoire identitaire qui fait qu’elle peut apparaitre en second plan pour laisser parler ses produits.

Ainsi donc, et notamment depuis la venue sur le marché de l’iPhone, la marque présente ses produits de manière épurée, simple, en démontrant l’utilisation ergonomique évidente sur un fond blanc immaculé.

Par moment, Apple s’aventure à mettre en scène ses produits dans la vie des gens.

Maintenant, mélangez le tout (forme et fond)… cela vous donne la campagne pour l’iPhone 6. Ou plutôt pour la fonction photographie de l’iPhone 6.

En effet, nous n’êtes pas passé à côté de la campagne intégrée pour l’iPhone 6 basé en majorité sur des affichages et des annonces presse, mais bénéficiant d’un volet digital sur les espaces propriétaires d’Apple.

La marque a collaboré avec des utilisateurs pour reprendre et afficher leurs photographies, faisant d’eux des artistes éphémères, bénéficiant d’une résonance mondiale.

Cette campagne issue de l’agence TBWA\ Media Art Lab a d’ailleurs bénéficié de la reconnaissance du secteur publicitaire avec un Grand Prix Outdoor aux Cannes Lions 2015.

Apple remet le couvert avec des films diffusés actuellement en TV et reprenant les contenus de ses utilisateurs.

Ainsi la marque met en avant des films des plus artistiques créés par des possesseurs du smartphone. Chaque film étant, de la même manière que pour la campagne d’affichages, cadré par une marie-louise blanche et couplé à une bande-son spécifique.

Des éléments basiques, mais terriblement attributaires à Apple !

La marque se met donc en second plan et glorifie la créativité de ses utilisateurs. Apple place l’iPhone non plus comme un simple smartphone, mais plutôt comme un outil de création au service de l’art.

Cela traduit une posture de leader évidente, face à un concurrent nommé Samsung, qui communique sur son S6 en se basant quelque peu sur l’hédonisme, l’acte d’achat et de possession.