L’Afrique ne compte plus que 500 000 éléphants contre 10 000 000  au début du siècle, et il n’en resterait que quelques milliers en Asie. On estime qu’environ 30 000 éléphants sont braconnés chaque année pour alimenter le trafic d’ivoire et plusieurs centaines de baleines continuent d’être harponnées tous les ans par la Norvège, l’Islande et le Japon en dépit d’une interdiction mondiale de la chasse commerciale.

Brassant près de 17 milliards d’euros de revenus annuels, le trafic des espèces sauvages serait aujourd’hui la quatrième activité criminelle la plus lucrative au monde après le trafic de drogues, de contrefaçons et la traite d’êtres humains.

 La vie sauvage recule alors que le progrès avance. Or tout ne se fabrique pas. La vie ne peut être reproduite en appuyant sur un bouton, alors protégeons-la.

C’est ce combat que Y&R Paris a souhaité soutenir en illustrant à travers ces 2 visuels une imprimante 3D essayant de reproduire ces deux espèces menacée d’extinction.

Un message d’autant plus fort pour une jeune génération baignée dans les nouvelles technologies à qui il est bon de rappeler que la vie est le plus grand des miracles.

Pour cette première collaboration avec l’IFAW (Fonds international pour la protection des animaux – www.ifaw.org), Y&R Paris a opté pour un ton cynique invitant à réfléchir sur l’importance de préserver cette nature sauvage et à en prendre soin.

ifaw baleine

ifaw elephant