On le savait déjà, l’agence créative Leo Burnett a le don de nous faire rire et et de nous faire pleurer.

Avec « Emma » pour Le Trèfle ou plus récemment « Oh my Lord » pour Sopalin, Leo Burnett avait réussi à nous amuser avec beaucoup de finesse et d’évidence. Les vidéos s’imposent par leur sens, leur logique et leur humour et ont valu à l’agence de très nombreux prix.

Dans un autre registre, l’agence nous avait émus avec « Ne serait-ce qu’une seconde » pour la Fondation Mimi. Intelligente et décalée, la campagne nous aidait à voir la maladie autrement et à profiter de chaque instant de notre existence. Une belle leçon de vie !

Aujourd’hui, Leo Burnett, et son directeur de création Xavier Beauregard, revient avec une nouvelle campagne émouvante qui nous fait passer du rire aux larmes, pour l’association Noémi. Réalisé par Thomas Rhazi et produit par Les Télécréateurs, le spot réussit à parler de handicap, simplement, sans aucun cliché. Il a été présenté lors de la Journée Internationale des Personnes Handicapées.

La vidéo nous encourage, à nouveau, à voir la maladie autrement. Cette fois il s’agit d’adopter le point de vue de l’enfant qui sommeille encore en nous.

Le concept est simple : des parents sont invités à participer à un jeu éducatif avec leurs enfants. Chacun, de part et d’autre d’une paroi, doit reproduire les grimaces vues à l’écran. Tout se passe bien jusqu’à ce que les choses changent et nous gênent, nous adulte. L’enfant lui, s’amuse toujours. Tout simplement.

La campagne s’impose par son évidence et sa faculté à nous atteindre instantanément.

Leo Burnett réussit à nouveau à faire passer un message fort par la puissance de son idée et de ses images pour l’association Noémi, qui souhaite relever le défi du polyhandicap.

Merci Leo.

LES-YEUX-DUN-ENFANT-leo-burnett-france-noemi-2