Le festival de Magie du Québec (29-31 août), avec l’aide de l’agence Lg2, fait sa promotion avec de la magie, un balai et une petite astuce et tout et tout. La magie, cette science impalpable. Il y a deux choses qui m’agacent terriblement : louper la cuisson de mon œuf poché et ne pas réussir à comprendre comment le magicien place de Clichy parvient à tenir en apesanteur sur son bâton en polyester. En règle générale, quand on comprend pas, ça escagasse le neurone et ça nous perturbe.

Alors forcément, quand on voit un ouvrier qui contrôle son balai à distance on s’arrête, on temporise et on essaie de saisir la subtilité grandiloquente qui plonge nos certitudes dans les abysses d’une logique déchue. C’est personnel mais moi si j’ai son pouvoir, je bosse de la maison, au calme comme disent les jeunes. Revenons à nos balais, vous suivez votre itinéraire, comme à l’accoutumée, pour faire des trucs pas bien réjouissants quand, sans sommation aucune, un festival magique, presque lyrique, se tient là, devant vous. C’est vraiment un évènement fou, mystique, à tel point que les voitures s’arrêtent pour immortaliser le moment, les oiseaux font une pause clope, les passants rigolent (parce que c’est drôle), seuls les enfants semblent s’en tamponner la babouche.

Vient pour conclure cet indéniable moment où on nous révèle la supercherie : en fait, ce n’était pas de la magie. Des rouages, des chaînes, du mécanisme pour bafouer nos rêves d’enfant. Des aimants tiennent le balai. Voilà merci et très bonne journée.

quebec-magie-ieup1

 

quebec-magie-ieup2

 

quebec-magie-ieup3

 

quebec-magie-ieup4

 

quebec-magie-ieup5