Il est bien loin le temps où la Malaysia Airlines coulait des jours heureux. Inutile de dire qu’après les récents événements tragiques portés par la compagnie aérienne malaysienne, sa réputation n’est plus vraiment au beau fixe. Comme si ses difficultés financières et ses licenciements intempestifs ne suffisaient pas, la Malaysia Airlines a décidé de se porter le coup de grâce, toute seule comme une grande, en lançant une campagne de communication pour le moins macabre. Peut-être en avez-vous entendu parler.

Après avoir tenté de récupérer des clients en baissant les prix de ses billets et devant le constat d’un nouvel échec, la Malaysia Airlines s’est dit, on ne sait pas trop comment d’ailleurs, qu’il fallait peut-être se servir de sa bad-reputation pour en faire un atout majeur.  Fin aout, elle a donc organisé un concours permettant aux néo-zélandais et aux australiens de remporter des billets d’avions et des tablettes numériques en rédigeant une liste de dernières volontés : «My Ultimate Bucket List».

Une liste de dernières volontés. Plutôt maladroit vous dites ?
Les listes les plus originales remportaient le gros lot. Sauf que sur la toile, les réactions ont été instantanées et pour le moins virulentes, forçant la Malaysia Airlines à mettre fin au concours quelques jours après son lancement. Tu m’étonnes. A vouloir réaliser un coup de maître, la compagnie s’est cassé les dents.

Depuis, la compagnie se serait excusée en affirmant que « le concours a été approuvé car il était centré sur une phrase commune utilisée par les deux pays. La compagnie aérienne apprécie et respecte les sentiments du public et en aucun cas n’avait pour but d’offenser qui que ce soit ». Mais on peut tout de même se demander si la Malaysia Airlines arrivera à sortir du gouffre et à se remettre de cet «Ultimate Fail» qui vient une nouvelle fois ternir une renommée déjà bien entravée.