Il n’aura fallu que quelques heures à Renault pour s’attirer les foudres des internautes ! Alors que ce mardi 29 juillet devait être jour de fête – Et oui, on sort pas une nouvelle Twingo tous les jours – , le constructeur automobile s’en souviendra comme du jour où il a été forcé de retirer les trois spots de promotion de son nouveau véhicule d’internet. Trop sexistes, ridicules, too much : retour sur un bad buzz ( prémédité ? ) .

Tweet1

Avec la sortie de sa nouvelle gamme de Twingo plus colorée, Renault cible définitivement les femmes et a donc voulu s’adresser à sa cible avec cette campagne. Campagne qui est ( ou plutôt était ) constituée de trois spots et diverses cartes d’excuses à glisser sous les essuie-glaces et à destination des autres automobilistes. C’est bien connu, une femme ne sait pas se garer et le fait n’importe où, une femme ne sait pas conduire, une femme n’arrive pas à se décider quant à la couleur de la voiture qu’elle veut. Bref femme et voiture ne font pas bon ménage. Renault leur crée donc des cartes d’excuses toutes faites. Trop sympa non ?!Option

Dans l’unique spot encore en ligne – pas sur la chaîne du groupe Renault cependant – nous suivons une jolie conductrice qui se gare sur un rond-point avant de sortir une serviette hygiénique de son sac à main sur laquelle elle inscrit “Sorry!” puis son numéro de téléphone … avec son rouge à lèvres !  

Tous les clichés possibles et imaginables y sont mis en scène et ce, sans oublier la voix-off super niaise qui nous relate l’histoire pour en arriver à nous vendre ces fameuses cartes d’excuses afin de nous éviter de devoir écrire sur nos produits hygiéniques à l’avenir.renault1

A – t – on affaire à une parodie de clichés assumés ou à du sexisme pur et dur ? Le too much du spot nous ferait pencher pour le second degré et la parodie alors que le retrait des vidéos promotionnelles ainsi que des cartes d’excuses de la circulation ferait pencher sur la maladresse du constructeur que de surfer sur la vague sexiste.

Excuses_Renault

Une chose est sûre, bad buzz prémédité ou non, le lancement de la nouvelle gamme ne passe pas inaperçu !

renault2

A noter que Renault n’en est pas à son tour d’essai niveau polémique misogyne puisqu’il y a un an, l’Advertising Standards Authority avait décidé de stopper la diffusion d’une vidéo faisant la promotion de la Clio en raison des nombreux plans un peu trop intéressés par les poitrines et les fesses de danseuses en sous-vêtements.