Tout le monde connaît les canevas de la grand-mère ou de la grande-tante. Il trônent fièrement dans le salon, exposant souvent une image d’Epinal ; une image de la France du terroir, ou de la France d’antan. Un duo de biches s’abreuvant le long d’un cours d’eau, un moulin à roue battant la rivière, un village perché dans les arbres touffus ou encore une demeure pittoresque au cœur d’un paysage bucolique. Bref tout le monde connaît ces canevas. Et même s’ils ne manquent pas d’un certain charme, ils restent totalement exclus de la culture contemporaine, relégués au rang des “babioles à jeter“.

 

Un jeune étudiant de l’EESI (Ecole Supérieure de l’Image) nommé Gauvain Manhattan, a décidé de faire sortir les canevas de leur silence pour les détourner à la sauce Geek. Au programme, des scènes de jeux vidéos 16 bits : Street Fighter, Pokémon, Metal Slug (larme) ou Castlevania (double larme). Il suffit d’une aiguille à Gauvain pour retoucher des broderies débusquées chez Emmaüs ou dans des brocantes. A la fin du travail, il replace la composition dans son cadre original, accentuant le contraste entre le médium et la nouvelle scène qui s’y déroule.

DSC_0416

p.txt

DSC_0415

 

DSC_0428

 

 

Avant :

DSC_0474

Après :


DSC_0419

Maintenant une seule question se pose ? Gauvain Manhattan est-il un idéaliste ou a-t-il décelé l’immense potentiel financier qu’il pourrait tirer de ses œuvres ? Sans parler d’un brevet… Un conseil entre gens bien avisés !

 

Suivez l’artiste directement sur son blog : http://gauvainmanhattan.blogspot.fr