Le sexe fait vendre, et pas besoin d’être DC pour le savoir. Mais doit-on rendre tous les messages publicitaires sexy pour qu’ils soient écoutés ?
C’est sur ce simple insight commercial que s’est appuyée l’association Save The Children pour sa nouvelle campagne de sensibilisation.

Josh Ruben et Vincent Peone réalisateurs de vidéos pour CollegeHumor, sont à l’origine de cette idée. Ils ont contacté plusieurs mannequins afin de les faire participer à une « nouvelle publicité sexy », sans leur donner plus d’indications sur la marque. Nous voilà donc plongé dans les coulisses de cette mystérieuses campagne, où l’on observe les mannequins lire des boards de textes face caméra, avec pour seule indication de les lire de manière sexy et sensuelle. « What is sexy ? – What are your deepest desires ? – Lust is my mistress »  
save the children
save the childrenLe réalisateur indique ensuite aux mannequins de continuer à lire les textes qui vont suivre de manière sexy, et encore plus appuyée cette fois. C’est là que les choses de gâtent…

Les mannequins découvrent alors les nouvelles lignes de textes : « Environ 800 mères et 18 000 enfants meurent chaque jour, principalement de causes évitables ». Certains tentent de le faire de manière sexy, d’autres répondent « Ce n’est pas une phrase sexy – Vous voulez vraiment que je dise ça de manière sexy ? » et certains ont besoin d’un verre d’eau pour reprendre leur esprit. Quand les mannequins tentent de nous dire « Malaria » ou « Diarhée » sensuellement, c’est loin d’être convaincant, pour eux comme pour nous. Jusqu’à la dernière minute, les modèles n’étaient pas au courant qu’il s’agissait d’une campagne pour la fondation Save The Children.

save the children
Save The ChildrenOù l’association a-t-elle voulu en venir ?
C’est simple, même si la pauvreté infantile n’est pas sexy, elle reste un sujet important qui mérite toute notre attention. La claque. Car aujourd’hui encore, 75% des gens qui vivent et meurent dans des zones de conflits armés ou de désastres naturels sont des femmes et des enfants.

La campagne, réalisée en grande partie grâce à des dons, a été diffusée pour la première fois aux Etats-Unis ce week-end, à l’occasion de la fête des mères, date qui coïncide avec la 15e publication annuelle du rapport « State of the World’s Mothers » qui répertorie entre autres, les meilleurs et pires endroits au monde pour être une mère.
Le futur nous dira si cette campagne sexy aura été efficace, dans tous les cas, elle a le mérite de nous mettre « sur le cul ».

(Minute culture) On peut en profiter pour parler de l’étude de Brad Bushman, professeur à l’université de communication et de psychologie de l’Ohio, selon laquelle le sexe dans les publicités, ou dans les programmes qui précèdent les publicités, détournerait en réalité notre attention du message publicitaire et de produit. Pour ce professeur le sexe ne ferait pas vendre, bien au contraire. Si cette étude vous intéresse, allez y jeter un oeil ici !