Sam Bartos et Michael Ryterband ont lancé un défi au monde entier : être la dernière génération à connaître le Sida et ont ainsi créé The Last HIV Generation Project.

Lasthivgeneration

L’opération a débuté à New – York où ils ont installé une table en plein milieu de la ville sur laquelle était posé un cahier. Les passants étaient invités à écrire un message à un de leurs proches atteint du Sida. Message qu’ils ne peuvent dire de vive voix de peur d’être maladroits, de remuer le couteau dans la plaie ou tout simplement parce que ce proche n’est plus de ce monde.

Table_Cahier

Ecrire

EcrireUnMot

Une fois le petit message écrit, il était déposé dans une Capsule Témoin qui sera enterrée en août 2014. L’idée du projet est qu’au moment où cette capsule sera ré-ouverte, le Sida ne menacera plus une seule personne sur cette planète.

TimeCapsule

Capsule

L’opération est relayée dans le monde entier via les réseaux sociaux avec le hashtag #LastHivGen et via un micro-site sur lequel les internautes peuvent découvrir le projet, lire les petits messages laissés par d’autres ou écrire un petit billet à un de leurs proches atteint du Sida de façon anonyme ou non.

#lasthivgen

Exdemot

Exdemot2

Exdemot5

Exdemot6

Le message des deux créateurs ? A l’heure actuelle, nous avons les ressources médicales pour arrêter la propagation du Sida. Le seul problème étant la crainte de nombreux dirigeants : si l’on commercialise un remède contre le sida, les personnes à risques se protégeront moins et la maladie continuera de se propager.

L’idée de ce projet est donc de diffuser un beau message d’espoir aux symboliques fortes : malgré toutes les barrières et difficultés, nous pouvons trouver un moyen de combattre et vaincre le sida. Soyons en la preuve vivante, soyons la génération témoin.