C’est à TBWA\Paris que l’ONG a confié, une fois de plus, la mission de sensibiliser l’opinion publique et la communauté internationale sur une tendance inquiétante qui s’accentue ces dernières années: au-delà du crime barbare de Muttur, c’est bien l’action humanitaire en tant que telle qui est visée.

Diffusé en mars, alors que le 25ème Conseil des droits de l’homme des Nations Unies est réuni à Genève pour examiner et se prononcer sur le cas du Sri Lanka, le film poignant conçu par l’agence illustre les conséquences dramatiques d’un crime contre l’humanitaire. A l’instar de ce qu’il s’est passé à Muttur, les attaques, menaces perpétrées à l’encontre du personnel humanitaire privent in fine les populations les plus vulnérables d’une aide vitale. En fin de compte, tuer un humanitaire, c’est condamner ceux qui en ont besoin.

Pour que les humanitaires puissent continuer leur action et assister les populations lors de conflits armé : www.protegeonsleshumanitaires.org