Communiquer sur le low cost sans tomber dans le cheap à l’accoutumée gras est un exercice plutôt complexe. Exercice que l’agence Australie, pour l’enseigne hôtelF1 du groupe Accor, réussit avec brio.

Usuellement, le bas prix n’a rien de franchement rassurant. On y voit vite un mobilier grisonnant, des matelas qui bousillent la colonne vertébrale le tout porté par une ambiance de décor rétro porn des années 70. Comment promettre que dormir dans un hotelF1 pour 19 euros la nuit n’a rien de cheap, si ce n’est le prix ? 

C’est Australie qui nous répond en posant les bases d’une communication fringante appuyée par un street marketing agile. On y assure la stabilité d’un positionnement couillu et efficace auprès de la cible ouvrier-étudiant, le tout sans amputer le lovemark de la chaîne hotelF1. La recette est simple : un visuel pêchu qui copine avec une accroche simple et pertinente. 

La bissociation symbolisante se caractérise par l’association de deux éléments aux univers antipodiques et là, clairement, on bissocie, on bissocie. Qu’il soit dans une auto-tamponneuse ou dans un tractopelle, l’oreiller vient interpeller tout en suggérant qu’il y a franchement mieux comme endroit pour piquer un somme. Du côté du street marketing, on suit le même axe sur un ton de crapule en montrant qu’il y a toujours des endroits moins chers pour dormir, mais libre à vous de vous la jouer à la Brassens auprès de son arbre.

 

F1AustralieIEUP2

 

F1AustralieIEUP1

 

streetmarkF1IEUP1

 

streetmarkF1IEUP3

 

streetmarkF1IEUP2