Le made in France a encore frappé. Louis Vuitton avait déjà marqué de sa présence et de son originalité la semaine de la couture printemps-été 2014. La marque de luxe revient avec un film hypnotique afin de promouvoir Emprise, sa nouvelle collection de haute-joaillerie. Louis Vuitton s’est entouré du studio de création Surface to air connu pour travailler avec du beau monde : Justice, Chromeo, Kavinsky, Dom Pérignon ou encore Givenchy. Ce n’est pas la première fois que la maison française fait appel à Surface to air. Ces-derniers avaient réalisé le film “Voyage dans le temps“. Ce spot exposait déjà la haute-joaillerie de Vuitton sur le morceau envoutant “Planisphere“ de Justice.

screeanvuitton3

screeanvuitton5

screeanvuitton4

screeanvuitton1

screeanvuitton6

screeanvuitton2

screeanvuitton8

screeanvuitton7

Ce nouveau film sobrement intitulé  “Louis Vuitton presents Emprise” s’inscrit donc dans une continuité logique de la collaboration entre la marque de luxe et le studio de création. Cette fois, c’est sur “Aleph“ de Gesaffelstein que les montres et les bijoux s’exposent. Plans énigmatiques, regards mystérieux et silhouettes fugitives se succèdent aux rythmes des pulsations graves et profondes du cœur de la techno. Plus encore c’est un véritable voyage dans l’univers de la marque qu’offre cette vidéo. Tout y est. Elle répond aussi habilement au clip de “Pursuit“ de Gesaffelstein. Pour illustrer la musique ténébreuse du Lyonnais, la mise en abîme, les miroirs suspendus ou le travelling infini avait déjà été utilisés.

 

 

“Pursuit“ de Gesaffelstein

 

 

Pour fignoler ce spot original, sombre et à la fois haut en couleurs, Louis Vuitton a aussi fait appel au  talentueux photographe Raphael Gianelli-Meriano. Cet habitué du monde de l’art et du luxe a pu superviser la photographie de “Louis Vuitton presents Emprise”. Enfin il faut citer Slowdance à la production.

Un délice pour les yeux et les oreilles.