La lunette des toilettes, éternelle ennemie de votre femme qui, d’une voix crépusculaire de vraie féminité, vous crie dessus et vous supplie de la baisser (à une lettre près on aurait été mal là).

Siégeant comme Louis XIV dans son trône en acajou satiné et à la droiture aristocratique, vous donnez à vos toilettes cette offrande divine, le petit pipi. Du matin ou du soir qu’importe, vous songez paisiblement à ce moment de réelle détente. Sans crier gare et en gros souliers, la matriarche remet les pendules à l’heure en vous expliquant que t’es pas franchement viril quand tu fais ton petit pissou assis. Et pourquoi t’es assis d’ailleurs ?

 

 

Force d’une réminiscence proustienne inévitable, vous replongez dans vos souvenirs, si douloureux jusqu’alors. Ces derniers vous ramènent à votre tendre enfance, pure et lavée de tous complexes dans laquelle vous exécutiez pour la première fois votre petit pissou quotidien debout, lunette levée, comme un bonhomme. Aight.

Sans sommation aucune « CLAP », elle se ferme, vous y perdez votre prépuce (c’est pas un gros mot, j’ai vérifié), et s’en suivent d’incongrues expériences et tristes concours de circonstances. Ledit prépuce, séparé de son corps d’origine, glisse des mains d’un tiers quand, par l’odeur alléchée, un chien pas franchement net et aux intentions douteuses, se jette dessus pour en faire son repas. Tagliatelles fraîches aux lardons de prépuce sur lit de fenouil, enjoyez votre meal, votre chien vous remercie.

Un axe publicitaire perché qui sort des sentiers battus pour coller une pichenette à la bien-pensance. Un annonceur pas folichon à traiter, vanter les mérites d’une lunette de toilettes est un projet en apparence pas excitant. Un axe qui frôle la borderline et titille le degré 3 de l’humour en vous rappelant que vous devriez vous méfier de vos toilettes.

Une légèreté pulpeuse pour un esthétisme épicé, organisé par l’agence Hoot Comedy pour Bathstore.

 

pissouIEUP1a

 

pissouIEUP1e

 

pissouIEUP1r

 

pissouIEUP1t

 

pissouIEUP1i