Connaissez-vous Louis Castel ? Non ? Pourtant il compte déjà 4530 followers et 18 500 likes sur sa page Facebook. Il aime le baseball, le cinéma et passer du temps entre amis. En fait c’est un jeune homme de 23 ans presque comme les autres. Presque, car à la différence de vous et moi, il est né en 1920, vit aux USA et s’engage dans l’armée américaine pour débarquer le 6 juin 1944 sur les côtes Normandes. En effet, Louis Castel est un GI virtuel mais pas fictif ! Tout son parcours est tiré d’une histoire vraie où le synopsis a été travaillé “avec de nombreux historiens. On tient au fond impeccable et on a fait extrêmement attention à l’Histoire” explique Franck Moulin, directeur de la communication du Mémorial de Caen.

louis_castel

En effet, le soldat est né de l’initiative du Mémorial. “Ca fait deux ans que nous travaillons sur les événements de la commémoration des 70 ans du Débarquement“. Ce dernier s’est lui-même investit dans l’écriture du scénario et du parcours de Louis Castel. L’utilisation des réseaux sociaux est primordiale, facilitant diffusion de la campagne et touchant directement les plus jeunes. Le soldat va faire, et faire vivre aux internautes associés, la plus grande opération militaire de tous les temps. Avec Louis Castel, quittez New-York pour les paturages anglais. Laissez les toits de chaume des cottages anglais pour les plages françaises, sous le feu de l’axe. Pénétrez au cœur du bocage normand où les combats font rage. Mais attention ! Avant d’être une épopée militaire, c’est d’abord une réelle aventure humaine que le Mémorial veut livrer.

 

Teaser de l’opération

 

La question que vous pourriez vous poser, c’est pourquoi parler du point de vue d’un soldat français exilé aux US, position atypique ? Franck Moulin répond qu’il s’agissait du “meilleur moyen historique pour parler des évènements et des préparatifs en vue du débarquement du 6 juin 1944“. Les aventures du soldat français sont publiées depuis le 19 décembre. A chaque post, le jeu se met en place et les internautes sont au rendez-vous. Les réactions ne manquent pas, surtout sur Facebook.

 

 

On peut toutefois présumer que le Mémorial de Caen se sert de la notoriété de la campagne Léon Vivien, mise en place en 2012. Autour de l’agence DDB, le Musée de la Grande guerre de Meaux avait créé de toute pièce un Poilu virtuel. Durant un mois et demi, les réseaux sociaux avaient relayé le quotidien de Léon Vivien, soldat au front, dont l’aventure se terminait le 22 mai 1915 dans un climax tragique. L’opération avait recueilli plus de 63 000 likes et avait touché plus de 11 millions de personnes. DDB et le Musée avaient réinventé la manière de raconter l’Histoire. L’expérience avait reçu un succès énorme permettant l’édition d’un livre relatif à l’aventure. L’opération Louis Castel connaîtra-t-elle le même succès ?