Qu’elle fasse rire, pleurer, sourire ou peur, la publicité se doit de susciter une émotion. Une publicité qui laisse de marbre c’est un peu comme un iPhone sans batterie, on se lasse et on se laisse doucement aller à la concurrence. Jusqu’où est-il possible d’aller pour obtenir une réaction du consommateur ? À partir de quel moment le positionnement devient bancal et le capital marque est amputé ?

Dans cette rétrospective des publicités les plus bizarres de 2013, nous allons voir que tout n’est que question d’équilibre entre humour noir justement assaisonné et cynisme tiré à son paroxysme.

1- « Made for Cool » avec Christopher Walken pour Jack and Jones 

Stoïque, impassible, l’acteur a le même regard glaçant que le meurtrier qui tient sa proie, la seconde précédent la section de l’artère aorte. Couleurs froides et sombres, fond sonore strident, le spot amène doucement la cible dans un univers inconnu et surprenant pour vendre les mérites d’une laine, fondement même de la notoriété de la marque. Sans dire un mot, l’atmosphère s’assombrit au rythme soutenu d’un son étouffant nous amenant au cœur d’un thriller. Un positionnement ingénieux et surprenant loin des codes sexuels habituels dans l’univers du prêt-à-porter.

 

 

2- « Drown your fears » pour Herbaria

Tension palpable, excitation du système nerveux, les sens sont sollicités pour le plus grand bonheur des amateurs de clowns névrotiques. Ici, le produit est suggéré et l’analogie entre l’axe publicitaire et la marque n’est pas perceptible instantanément mais, porté par une réalisation soigneuse et dérangeante, le message est perçu et Herbaria marque un point. Un esthétisme soigné et pêchu qui ne se contente pas de faire trémousser Hugh Jackman au rythme navrant d’une musique assommante pour vendre du thé.

 

 

3- « Don’t drink and drive » Loo Shoker

Si votre belle mère est cardiaque et que vous éprouvez envers elle une sympathie aléatoire et discutable, je vous recommande vivement de lui faire vivre la même expérience que la présente opération marketing. Faire peur pour faire peur n’est pas la seule raison de cette mise en scène, il s’agit également de sensibiliser sur les risques d’accidents de voiture en montrant une scène brute et frappante. 

 

 

4- « Baby love » Cancer Society of Finland

Musique tendrement enfantine, mère innocente et pure, plans délicats et suaves quand, sans prévenir, on s’aperçoit du chemin que tente de nous faire prendre la publicité et, c’est assez flippant. Même les plus friands d’humour noir et autres réflexions cyniques seront forcément interpelés par ce film. À l’arrivée d’un bébé plus ou moins attendu (plus moins que plus, visiblement), une mère désemparée met en place nombre conséquent de pièges pour le tuer. La cigarette parait être un moyen tout autant, sinon plus, efficace pour y parvenir. 

 

5- « For work, for play » pour le Nokia Lumia 2520

La métaphore comme ligne directrice de l’axe publicitaire, on nous donne rendez-vous chez un coiffeur peu rassurant. Expressions exagérées, mouvances faciales effrayantes, inquiétude visible et inextinguible du client, le contexte est posé.