Le chat, fidèle et poilu meilleur ami de l’homme, est un être à part entière. Ne vous fiez pas à ses fréquentes et langoureuses caresses, ses miaulements symphoniques ou encore ses grands yeux qui quémandent de l’amour, au premier faux pas, il vous boudera pour toute la vie.

Avoir un chat ou un enfant et partir en vacances ne sont pas des concepts facilement assimilables. Jadis, vous laissiez le chat, ou l’enfant, accroché à un lampadaire avant de vous encanailler à St Trop mais, malgré le côté pratique de la chose, il vous arrivait parfois d’expulser un remord lorsque vous vous plongiez dans vos souvenirs.

Aujourd’hui, et pour le plus grand bonheur des maîtres et de nos amis félidés, Aristide ouvre ses portes pour accueillir votre animal à moustache, le chat pas l’enfant, le temps de vos vacances.

Aristide-hotel-chats01

Après le Bar à chats parisien, c’est au tour de l’hôtel tout confort, qui doit ouvrir ses portes dans le IX ème. Pâtés à la carte, câlins offerts par la maison, nos amis pourront vaquer à des occupations tout à fait divertissantes à vos frais. Une vingtaine de chambres douillettes et lumineuses de 4 mètres carrés, une salle de jeux ainsi que des vétérinaires  pour assurer total épanouissement à vos carnivores féliformes adorés.

 

3399311_hotelachats_640x280 Capture d’écran 2013-12-12 à 19.09.37Aristide-hotel-chats03Aristide-hotel-chats02

«Comme je ne trouvais pas de solution de garde idéale pour mon chat – entre le bon pote, les parents, la mamie du quartier, la famille d’accueil ou les pensions pour animaux -, j’ai eu l’idée d’ouvrir un hôtel pour les fauves de salon» a expliqué le futur directeur de l’établissement.

L’hôtel pour chat, un délicieux compromis entre le voisin qui balance les croquettes en coup de vent, la vieille dame et la garde partagée, ou encore la pension qui ressemble davantage à une prison pour félins qu’à un réel lieu dans lequel l’autorité chatriarcale triomphe.

Pour 25 euros par jour vous aurez la conscience tranquille et, même si vrai que c’est amusant de l’attacher à un poteau, voilà une solution plus pratique. Plus que 12 500 euros et le paradis des chats ouvre ses portes !

Un positionnement qui semble judicieux et pertinent pour répondre à une demande toujours plus croissante (environ 500 000 chats à Paris) 

Capture d’écran 2013-12-12 à 19.08.47 Capture d’écran 2013-12-12 à 19.06.28 Capture d’écran 2013-12-12 à 19.08.37