Quand une marque souhaite cibler les jeunes, elle peut utiliser Youtube et le branding channels et ainsi créer des campagnes originales et interactives sans les contraintes des plans et formats imposés par la publicité classique.

Dans un spot à l’ossature inhabituelle, Publicis Conseil signe le dernier film de Nescafé pour la Mini Me. Une publicité interactive qui cible les jeunes actifs. Quoi de mieux qu’un youtubeur pour représenter les étudiants ? C’est Kemar qui s’y colle et, force de sa maladresse, s’englue dans l’enfer du déménagement.

 

 

Déménager n’est pas chose facile et y parvenir sans accroc est un concept rarissime. Mais ce déménagement là est quand même coriace. Entre la console qui se fait la malle par le balcon, un zombie dans le pot de fleurs, l’éternelle pièce manquante au meuble Ikea qui prend feu, le canapé qu’on tronçonne parce qu’il ne daigne pas passer par la porte, l’ambiance est solidement posée et la journée s’annonce riche en mésaventures.

Au bout de soixante dix-sept cafés, deux chevilles foulées, une coupure d’électricité, deux infarctus et trois crises cardiaques, nos deux hommes parviennent à conclure ce périple. Comprenez que grâce à la Mini me de Nescafé, vous relativiserez sur vos échecs en matière de déménagement et, au moins, votre café sera toujours réussi.

Même si rester calme quand une main de mort vivant se manifeste dans les éclosions jardinières aux effluves automnales est une attitude un peu surprenante au demeurant, votre café vous aide et devient votre principale arme.

Évidemment on ne peut que saluer les initiatives des annonceurs pour innover mais, ici, on peine à s’immerger dans le spot qui se veut interactif. Un peu comme au Jamel Comedy Club, on assiste à la superposition de sketch sans grand pouvoir décisionnel si ce n’est l’ordre de passage. Contrairement à d’autres publicités interactives il est triste de constater que nous n’avons pas la main mise sur le scénario même si Nescafé oeuvre pour la promiscuité populacière et nous régale d’un Kemar en pleine forme.

Petit tour d’horizon sur d’autres publicités folichonnes du genre :