Vous n’en avez surement jamais entendu parlé, mais l’agence David et Goliath à fait récemment l’une des campagnes TV les plus WTF qui existe. Mais si, souvenez vous des petits rongeurs faisant du break pendant une guerre entre robots futuristes.

Mais comment l’agence fondée par David Angelo, qui porte bien son nom, arrive-t-elle à vendre des campagnes aussi déjantées ? Ce secret est bel et bien détenu par Colin Jeffrey, le Directeur de Création exécutif. Avant de rejoindre D&G en 2012 il était précédemment le vice -président de la non moins célèbre agence Arnold. Un outsider aux commandes d’une centaine de personnes et le numéro 11 sur la liste des personnalités les plus créatives d’AdAge.

Revenons maintenant à la création de cette agence hors normes. Vous le connaissez tous, le premier spot Kia qui avait défrayé la chronique par dépassement de toutes les conventions créatives applicables au monde de l’automobile. Une vraie bouffée d’air frais malheureusement jamais arrivée sur nos écrans.

Pour vous rafraichir la mémoire, le voici :

 

 

Totalement en roues libres, cet OVNI publicitaire ne trouve sa source que dans les propos des créatifs qui ont osé proposer ce script : “Nous n’avions aucun angle fiable, nous avons donc créé un monde propre à ce véhicule hybride.”

Et la suite est elle aussi assez folle, mais du coup plus cohérente. Après avoir créé une identité propre à ce modèle, Kia avait donc largement de quoi rebondir pour faire une seconde version.
Avac du Lady Gaga et nos rongeurs préférés bien sur.

 

 

Et si Angelo annoncait vouloir casser les codes des petites agences, il peut aujourd’hui se targuer d’avoir fondé une maison qui est également rentable et attire de nombreux annonceurs. Comme par exemple Carl’s Jr, le petit concurrent qui monte dans la restauration rapide ouest américaine.

Pour eux, D&G ont été assez loin créativement avec un angle étrange : les anglos saxons appellent la dinde “turkey” car ils pensaient que cet animal venait de Turquie. Pour promouvoir le nouveau burger à la dinde, les créatifs ont donc prit le mot au pied de la lettre…ambiance.

 

 

Il y avait également déja eu un précédent avec ce client. Pour le lancement d’un autre burger incroyablement gras, l’agence avait créé le “Dieu des Hamburgers”, ni plus, ni moins.

 

 

En bref, cette agence à encore un bel avenir devant elle si les annonceurs continuent de lui renouveler leur confiance. Ce qui est certain, c’est que tant que nous n’aurons pas plus de clients qui osent prendre des risques en France, nous resteront éternellement bloqués au stade du politiquement correct. Il nous faut plus de folie et surtout plus d’agences de cette envergure.

Avec une vraie philosophie créative et un parti pris fort vis à vis de la communication que souhaitent les personnes qui nous payent. Car, mine de rien, le client ne doit plus être le roi, mais un coéquipier. C’est d’ailleurs le point de vue d’Angelo, que vous pouvez voir dans la vidéo suivante.

En attendant, rappelons-nous que pour défier notre Goliath, il faut déjà avoir le courage de le trouver.