Le bébé est un être sournois, un quadrupède malin et fourbe. Au bébé, l’on pardonne tout. C’est sur ce postulat qu’Adobe et Goodby Silverstein & Partners développent un film visant à promouvoir Adobe Marketing Cloud, un logiciel à l’attention des marketeurs. Optimiser l’impact de son marketing, rester en première place grâce à des conseils, des statistiques et des analyses de professionnels sont les principales fonctionnalités que le logiciel propose.

Le spot raconte l’histoire d’une petite entreprise d’encyclopédie dont la structure se voit chamboulée lorsque le nombre de commandes s’envole. Il y a tellement de demande qu’il faut plus d’employés, plus de transports, plus de papiers, plus de bois…

D’où vient ce succès ? D’un marketing réussi ? Certainement pas.

 

 

Pour buzzer en marketing on dirige souvent l’axe publicitaire vers boobs, bébés chats ou nourrissons. Des valeurs efficaces qui permettent un décalage drôle et plausible. Mais des trois, le bébé reste le plus sournois, la source incontestable de vos tracasseries kafkaïennes dominicales. Il le sait le bébé, mais il s’en tamponne le coquillard avec une couche pampers de chez Chiardland. Pire, ça l’amuse au bébé de vous pourrir la vie puisqu’il en est conscient du haut de ses quatre pattes, vous lui pardonnerez tout. S’il fait la grosse commission n’importe où ? Pas grave, c’est sans doute qu’il aura bien mangé.  S’il dessine sur les murs ? Pas grave, il développe ses talents créatifs. S’il commande trois cargaisons d’encyclopédies ? Pas grave, elles lui serviront avant son entrée à l’université… Mais il est malin le bébé, il ne faut pas faire confiance à ces petits manipulateurs. Les plus sarcastiques vous donneront des conseils pour régler ces légers contretemps :  le  biberon au cyanure et hop, au dodo, un coup sec dans le thorax quand il dort, ou un bain à l’acide nitrique avant qu’il se vautre dans une ignominie congénitale. Mais c’est immoral et franchement pas sympa, l’acide dégradera probablement votre salle de bain et vous aurez des problèmes avec la protection de l’enfance.

Outre le choix un peu facile mais incontestablement sûr du bébé, l’histoire du spot est finement étudiée et bien menée. Un film soigné et dynamique, Une histoire plausible et ironiquement agréable, une musique entrainante et une chute imprévisible sont les éléments qui différencient ce spot d’une énième utilisation ringardo-infantile du secteur marketing. On se laisse agréablement surprendre par le dénouement original du bébé aux clics frénétiques.

 

bebeorder

 

chinoisstresse

 

vroumvroum

 

order