Dans plusieurs grandes villes ont été peints ces derniers jours des pochoirs à même le sol, des affiches et autres, représentant un logo intrigant, à mi-chemin entre un carré magique et un symbole maçonnique. Il s’agit du teaser du tout nouvel album d’Arcade Fire : « Reflektor » dont le titre éponyme est le premier single.

Arcade Fire - Reflektor - affiche

Arcade Fire - Reflektor - pochoir

Fini la vidéo linéaire, aujourd’hui les clips sont vus sur Youtube et le Boulevard des clips sur M6 n’est plus qu’un souvenir pour la génération Y. Ce constat est l’occasion de repenser la réalisation d’une vidéo, en utilisant les possibilités offertes par le support le plus utilisé pour regarder les clips : le navigateur web.

Le groupe canadien Arcade Fire a adopté les idées du réalisateur Vincent Morisset (AATOAA studio) et sa réflexion sur la création des vidéo-clips : fini la passivité, c’est désormais le spectateur qui agit pour créer une vidéo et une expérience uniques pour le spectateur, une connexion trop inexplorée jusqu’ici dans le storytelling vidéo à leur goût. Cette réflexion a abouti grâce à la rencontre entre Vincent Morisset et Aaron Koblin de Google Creative Lab, au festival OFFF en 2011 où ils se sont promis de travailler ensemble.

Déjà fin 2011, la même équipe s’était penchée sur la réalisation du clip “Sprawl II (Mountains beyond mountains)” qui avait posé le principe de base : remettre le spectateur au centre du processus.

Arcade Fire - Reflektor -SprawlII

Au programme on avait déjà le droit à une vidéo expérimentale, mais la version interactive permettait une immersion du spectateur qui agit via sa souris ou ses mains (webcam allumée) sur les actions à l’écran.

Arcade Fire - Reflektor - Making of

Pour le nouveau single, ” REFLEKTOR ” (cliquez sur le lien pour voir la vidéo), l’expérience est un peu plus soignée. Techniquement déjà, la connexion avec un second écran (smartphone ou tablette) est conseillée (mais la souris peut aussi être utilisée). Mais la vraie évolution par rapport au précédent exercice est l’utilisation de ce second écran non pas comme un trackpad, mais comme une source de lumière. Le spectateur est actif dans la découverte de l’image. Sa lampe torche à la main, il va explorer l’image et cerner l’image et le récit grâce à cela.

Arcade Fire - Reflektor -Capture

Outre la nouveauté, cette vidéo ouvre la voie à de nouvelles manières de penser et de créer la vidéo sur internet. Le spectateur est replacé au centre du processus. Il est un acteur de la vidéo. C’est un peu le passage pour la production vidéo d’une logique industrielle, à une logique de service qui tourne tout à fait autour du consommateur. Cette vision fait son chemin et préfigure peut-être d’une prochaine tendance forte pour la communication digitale ? A suivre…