Gillette a pensé à toi, jeune mélomane en herbe, si soucieux de la sonorité et attentif aux musiques publicitaires. Sous la houlette du réalisateur Michel Gondry, modeste n’est-il pas, le spot se révèle être un petit bijoux musical aux clinquantes couleurs symphoniques.

L’agence BBDO met en scène les athlètes de la NFL qui, en sublimant l’analogie musicale, performent pour promouvoir Razor, la marque de Gillette sous la signature « Built to training», « conçu pour la performance ».

 

 

La morphologie du spot est on ne peut plus simple : les sportifs, aux bruits de leurs appareils de musculations, produisent des sons qui forment une musique à la troublante pulposité. La douce union du kick et du clap donnent naissance à une musique tribale à la teinte ethnique.

Le spot, manié avec une dextérité certaine, combine les éléments de façon logique et pertinente pour notre plus grand bonheur. La bissection symbolisante entre musique et sport, qui pourrait paraître incohérente, prend ici toute logique. Le long de la mélodie accelerando, le visionneur prend plaisir à assister à la construction d’une mélodie harmonieuse et une structure rythmique vive et patiente, sobre et colorée, massive et légère à la fois.

Les plans sont signés Gondry, ils sont, en conséquence, subtilement fins et intelligents, et la qualité du montage en post-production témoigne d’une parfaite coalition entre image et son qui ne peut que ravir le public. On n’assiste pas à une publicité esquissée aux stéréotypes mais à une performance audiovisuelle pimpante dans laquelle la marque se positionne noblement mais surement.

Au rythme frénétique d’une oscillation métaphoro-métonymique -pardon- d’une jubilation auditive, on en prend plein les yeux et les oreilles. Un film qui a de quoi distribuer des satisfecits à la patte Gondry, plantée dans un décor viril et délicat.

 

4

 

8

 

10

 

1